Bilan Marché Automobile Maroc 2023 : Les prix grimpent de 30%

0
1456

Après plusieurs mois de vaches maigres, les ventes automobiles effectuent un sursaut salvateur en cette fin d’année 2023 : (+22% en novembre et +8,67% en décembre). Pour autant, les ventes globales, en 2023 par rapport à l’année précédente, sont bien marquées par la stagnation (+0,06%), avec pas plus de 161 504 unités écoulées contre 161 410 unités en 2022. Or, les prix des voitures neuves explosent constamment (+30%), depuis trois ans.

L’année 2023 touche à sa fin, l’heure des comptes est venue. Comme il fallait s’y attendre, un bon nombre de marques automobiles sont parvenues à tirer leur épingle du jeu, tandis que d’autres ont cumulé les revers. Nul n’ignore que la conjoncture économique nationale, doublée des travers liés à l’approvisionnement en véhicules neufs, avaient joué un rôle déterminant dans l’essor, ou le déclin, du résultat annuel de chaque marque.

Globalement, le dernier mois de l’année était bénéfique avec un total de 17 518 véhicules vendus, contre 16 121 unités en décembre 2022, ce qui se traduit par une progression de (+8,67%). Seulement, l’embellie est inhérente à la progression des ventes des véhicules particuliers (+10,99%), contrairement aux véhicules utilitaires légers (VUL) qui encaissent le coup de la conjoncture, avec une régression de (-9,45%).

Dacia recule mais domine

Malgré une baisse de (-2,29%) en décembre, la marque Dacia occupe toujours le haut du podium avec 3 580 unités vendues. Ce résultat reste proportionnel au bilan annuel de la marque franco-roumaine, dont les ventes ont atteint 33 830 exemplaires, soit une chute de (-13%) et une part de marché de 23,28%. Favorisée par ses modèles low-cost, la marque Dacia continuera, sauf miracle, à dominer ses rivales les années à venir.

Peugeot indomptable

En cette fin d’année, la palme du succès revient à la marque Peugeot qui effectue un bond spectaculaire. Avec 1 958 véhicules vendus, soit une progression de (+4,2%), elle revendique le deuxième meilleur résultat des ventes, dépassant ainsi son concurrent Renault. Pour ce qui est du bilan annuel, la marque au lion occupe la quatrième place du podium avec des ventes qui se chiffrent à 12 026 exemplaires et une part de marché de (8,28%).

Cet exploit présage même d’une excellente année 2024, compte tenu des bons résultats du SUV Peugeot 2008, et de l’arrivée imminente de la nouvelle citadine Peugeot 208.

Renault trébuche au finish

La marque Renault, dont les résultats étaient souvent marqués par leur stabilité, régresse drastiquement en décembre (-35,4%). Pas plus de 1 595 véhicules écoulés, contre 2 459 unités un an auparavant. Or, la marque au losange dispose d’une bonne réserve de ventes, 22 553 unités, cumulées en 2023, lui permettant de se maintenir à la deuxième position du podium, et de réclamer 15, 52% de parts de marché.

Opel frappe fort

En cette fin d’année, la marque à l’éclair réalise une performance spectaculaire : 1 103 véhicules vendus, assortis d’une progression inédite (+148,98%). Ce qui lui permet d’enjamber trois de ses rivales, et d’occuper la quatrième position des meilleures ventes en décembre. Or, le bilan annuel s’établit à 7 308 ventes, soit une progression de (+8,11%), et une part de marché de 5,03%.

Et selon toute vraisemblance, la marque Opel entamera l’année prochaine sur les chapeaux de roue, à la vertu de l’arrivée imminente de l’Opel Corsa 2024.

Citroën amortit la chute

La marque aux chevrons passe à la vitesse supérieure et réalise un bon finish qui s’est conclu par 1 000 ventes et une progression de (+88,68%). C’est incontestablement son meilleur résultat de l’année 2023, qui lui permet de grimper quatre places successives sur l’échelle des meilleures ventes de décembre. Mais aussi d’amortir la régression annuelle, qui s’établit à (-3,39%) avec un total de 5 923 véhicules vendus.

Volkswagen prend l’élan du succès

En décembre, la marque Volkswagen a pris un nouvel élan couronné de succès, en écoulant 982 véhicules, contre 734 un an auparavant, soit une progression mensuelle de (+33,75%). Du coup, elle affiche un résultat annuel des plus flatteurs : 8 699 véhicules vendus, assortis d’une montée fulgurante de (+51,52%), ce qui lui permet de détenir 5,99% de parts de marché. Ce bon résultat, est l’œuvre d’une politique commerciale audacieuse, mais aussi d’une gamme qui a beaucoup d’attrait auprès des automobilistes marocains, à l’instar du Volkswagen T-Rock, du Tiguan ou encore du Touareg, dont la nouvelle itération sera bientôt commercialisée.

Kia s’affirme

Occupant la huitième place des meilleures ventes en décembre, la marque Kia a vendu 633 voitures, soit une progression honorable de (+44,52%). Du coup, elle consolide son résultat annuel, et affirme sa montée en puissance avec 5 328 exemplaires vendus en 2023, soit une progression de (+8,56%) et une part de marché de 3,67%.

Fiat dégringole

En décembre, la marque italienne a vendu 607 véhicules, contre 609 un an auparavant. En revanche, son résultat annuel est loin d’être au beau fixe avec une régression de (-11,69%), soit un total de 4 070 unités vendues, et une part de marché limitée à 2,8%.

Hyundai se projette dans 2024

En décembre, la marque coréenne a écoulé 539 voitures, contre 579 unités un an auparavant, soit une régression de (-6,91%). Or, le résultat annuel n’est pas aussi déplorable ! Au total, 13 884 véhicules ont été vendus, ce qui se traduit par une progression de (+5,21%) et une part de marché de 9,56%.

Après ce résultat mitigé, la marque coréenne se projette déjà en 2024, en annonçant l’arrivée de la Hyundai Accent, une berline 4 portes très convoitée par les pères de familles marocains.

Les marques Premium se réjouissent

Décidément, la demande sur les voitures Premium ne faiblit plus ! C’est le moins que l’on puisse dire en observant les résultats de la marque Audi qui conserve sa position dominante avec 468 véhicules écoulés en décembre, soit une progression de (+23%). La BMW lui emboîte le pas avec 416 ventes, conjuguées à une hausse remarquable de (+38%). Mercedes, pour sa part, a vendu 309 unités, réalisant ainsi la progression phénoménale de (+130,6%).