Volkswagen Golf VIII : Retour vers le futur

0
3768

La 8ème génération de la Volkswagen Golf surfe sur la vague de la modernité, en adoptant des instruments numériques sophistiqués et une connectivité dans l’air du temps, ce qui en fait l’une des moyennes compactes les plus branchées du moment.

L’ancée avec succès il y a quarante-cinq ans, la Volkswagen Golf s’est vendue à plus de 35 millions d’unités. Au fil des années, elle a réussi à marquer plusieurs générations de ses adorateurs et entretenir sa différence par rapport à ses rivales. Cette fabuleuse success-story prend désormais un nouvel élan avec la nouvelle Golf VIII qui, plaçant l’être humain au centre d’une multitude d’assistants numériques, offre une impressionnante expérience de conduite. Sans parler du bond spectaculaire réalisé en matière de connectivité avec la fonction «Alexa», de télématique avec l’utilisation du smartphone au lieu de la clé de contact, de domotique avec le cloud qui enregistre les réglages établis par le conducteur… Autant dire que la nouvelle Golf est pensée comme un bureau roulant. Du moins, c’est ce que nous avons éprouvé à l’issue de son essai sur les routes escarpées de la région Duero, au nord du Portugal… Mais avant de prendre le volant, découvrons les proportions parfaites et les lignes marquées, qui confèrent à cette compacte un look charismatique.

Une dalle personnalisable (10,2 pouces) affiche les données du compteur de vitesse et du tachymètre, tout comme elle recoupe l’essentiel des paramètres liés à la conduite.

Évolution sans révolution

D’une génération à l’autre, la Golf préserve sans cesse l’équilibre de ses proportions compactes et le tonus de sa forme débordante de vitalité. Les changements esthétiques ne tiennent donc qu’à de menus détails. Il en va ainsi du capot moteur, dont le nez un peu allongé et légèrement arrondi, surmonte une calandre minimaliste encadrée de feux ultra fins. Ceux-ci laissent définitivement tomber l’éclairage conventionnel pour épouser la technologie LED, dont la signature lumineuse procure une belle identité visuelle.

Deux plis tendus soulignent la partie latérale, mettant en relief la ligne de caisse surélevée, les épaules marquées et les bas de portières un peu ramassés. Pas de changements notables au niveau de la poupe, sinon des blocs optiques et des sorties d’échappement plus élégants. Un signe ne trompe pas, les attributs du design sont au service de l’efficacité aérodynamique, comme en témoigne le coefficient de traînée (Cx) revu à la baisse (0,27 au lieu de 0,3), ce qui permet de réduire la consommation et d’améliorer le confort acoustique.

Le système Car2X donne la possibilité de communiquer avec les autres usagers de la route, afin de prévenir l’apparition des ralentissements sur une portée de 800 mètres.

Univers Star Trek

A l’intérieur, la qualité de finition et l’esprit de rigueur germanique sont indéniables, mais la métamorphose est criante pour tout ce qui touche au mobilier. Outre l’aspect techno, la planche de bord fait l’impasse sur les nombreux boutons au profit d’une instrumentation entièrement numérique. Face au conducteur, une dalle personnalisable (10,2 pouces) affiche les données du compteur de vitesse et du tachymètre, tout comme elle recoupe l’essentiel des paramètres liés à la conduite. Quant au levier de vitesse, il se fait désormais plus discret sur la console centrale, qui accueille également le bouton de démarrage «Engine Start».

Entre autres sophistications numériques, on y découvre la commande vocale qui intègre l’assistant Alexa, ainsi que la clé mobile qui permet de verrouiller/déverrouiller les portes et de démarrer le véhicule à partir d’un smartphone. D’autres fonctionnalités optionnelles peuvent être activées ultérieurement, grâce à l’application «We upgrade».

Bienvenue dans l’univers de la voiture semi-autonome avec l’assistant de conduite Travel Assist. Celui-ci se substitue au conducteur, en cas de besoin, pour braquer, accélérer ou même freiner le véhicule jusqu’à une vitesse maximale de 210 km/h.

Sans oublier le système Car2X, qui donne la possibilité de communiquer avec les autres usagers de la route, afin de prévenir l’apparition des ralentissements sur une portée de 800 mètres. C’est vraiment génial !

Précision chirurgicale

Pour ce qui est des motorisations, le 1,4 TSI de la génération sortante tire sa révérence pour laisser place au nouveau 1,5 TSI (disponible en 90 ch et 110 ch). En même temps, l’hybridation légère (48 volts) devrait être appliquée sur l’ensemble de la gamme essence. Concernant les blocs diesel, la Golf s’anime du 2.0 litres TDI qui, respectant les exigences de la norme Euro6, se décline en deux niveaux de puissance : 115 et 150 ch pour un couple de respectivement 300 et 360 Nm. Si le premier (115 ch) s’associe uniquement avec la boîte manuelle à 6 rapports, la version la plus puissante (150 ch) a droit à la boîte DSG à 7 rapports. Sur la route, la Golf 8 fait toujours preuve d’une inexorable précision, assortie d’une vivacité indéniable. Cet équilibre dynamique, elle le doit à la nouvelle plateforme modulaire (MQB) qui, malgré la fermeté des suspensions, offre un excellent compromis entre la sportivité et le confort. Rien d’étonnant donc, si la Golf 8 tient parfaitement la route, même sur une chaussée mouillée, comme c’était le cas lors de notre essai au Portugal. Sous une averse battante, l’auto progresse imperturbablement dans des gerbes d’eau sans perdre la stabilité….

Enfin, il faut signaler que la variante GTi et, surtout, l’époustouflante Golf R animée d’un bloc de 300 ch, renforceront bientôt la gamme.

Pas de doute, la nouvelle Volkswagen Golf, dont les précédentes générations avaient connu un succès phénoménal sur le marché marocain, ne manquera pas de plaire à ses milliers d’adorateurs qui l’attendent impatiemment. Pour l’instant, rien n’a encore filtré sur sa date d’importation. Mais, elle sera probablement disponible, en juin prochain, à l’occasion du Salon de l’automobile.

Galerie

previous arrow
next arrow
Slider

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here