Vidéo Lamborghini Miura : Un artiste la désintègre !

0
170

Le Suisse Fabian Oefner, qui a l’habitude de mettre en pièces, de faire voler en éclats des icônes de l’automobile, a encore frappé. La Miura SV est la dernière victime en date de ce multirécidiviste. Et c’est sur la chaîne Youtube officielle de Lamborghini qu’a été postée la preuve confondante de cet acte iconoclaste, le making-of cette «désagrégation» ! Jugez sur… pièces !

Pas besoin d’ouvrir les manuels d’Histoire pour connaître le poids de la Lambo Miura (1966-1973) dans l’histoire des sportives. C’est cette sculpture sur roues, dessinée par le génial Marcello Gandini et animée par un V12 3.9 l central arrière signé par le non moins génial Gian Paolo Dallara, qui a permis à Ferruccio Lamborghini de toiser son meilleur ennemi, Enzo Ferrari. Bien que splendides, les GT produites à l’époque à Maranello, notamment les deux berlinettes à V12 avant que sont la 275 GTB4 (1966-1968) et la 365 GTB4 (1968-1973), a.k.a. Daytona, et la 365 GT4 BB (1973-1976), berlinette au V12 boxer placé en position centrale arrière, ont eu du mal à exister face à la championne de Sant’Agata Bolognese.

C’est à ce monument historique qu’un artiste suisse de 35 ans, Fabian Oefner, s’est dernièrement attaqué. Ce sacrilège a fait exploser un des 764 exemplaires produits ! Et il n’en est pas à sa première voiture de collection désagrégée ! Il en a mis un beau paquet en pièces ! Bugatti Type 57 SC Atlantic de 1936, Auto Union Type C de 1937, Mercedes 300 SLR de 1954, Maserati 250F de 1957, Jaguar Type E de 1961, Ferrari 330 P4 de 1967, un multirécidiviste endurci.

Bon, il faut avouer que nous l’avons jugé à l’emporte-pièce, notre photographe suisse… Aucune Miura (ni aucune autre guimbarde) n’a (jamais) été atteinte dans son intégrité physique à l’occasion des travaux d’Oefner. Auteur d’une série de photos intitulée «Disintegrating» et dont le concept est de donner l’illusion que les sujets de l’artiste, les voitures, en l’occurrence, ont volé en éclats et qu’il est parvenu à saisir un instant lors duquel le temps s’est figé, il s’était jusqu’alors contenté d’utiliser des miniatures.     

«Sujet» réel

Le procédé a changé cette fois. C’est une véritable Miura, celle d’un ami d’Oefner, une P400 SV de 1972, qui a servi pour le projet «Desintegrating X». Oefner a eu l’opportunité de photographier l’auto en question pendant qu’elle était restaurée au sein du département Polo Storico de la manufacture de Sant’Agata Bolognese. Il a été en mesure de «shooter» chaque élément séparément lors du désossage de cette Miura qui, à en croire les bruits qui courent, appartiendrait à Jean Todt, président de la FIA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here