Véhicules d’occasion – Garantie de vente : De quoi s’agit-il ?

0
249

Plusieurs vendeurs professionnels de véhicules d’occasion au Maroc commencent à délivrer des certificats de garantie à leurs clients pour une durée déterminée. En cas de panne ou de vices cachés, ils devront prendre en charge les frais de réparation. Contrairement aux pays développés où ce genre d’offres est bien réglementé, chez nous le but revêt une connotation purement commerciale.

Le marché des véhicules d’occasion (VO) au Maroc bien qu’il soit en plein essor, reste dominé par l’informel. De ce fait, les acquéreurs doivent être vigilants pour ne pas être induits en erreur ou victimes de mauvaises pratiques. Contrairement au contrôle conventionnel qui est plus détaillé, la visite technique lors d’une vente d’un véhicule VO se contente de vérifier les documents qui doivent être conformes au numéro du châssis et aux caractéristiques de la voiture. Une fois l’opération de vente conclue, l’acheteur découvre par la suite des vices cachés que ce soit au niveau du moteur, de la carrosserie ou des équipements. Face à ces désagréments, l’acquéreur n’a pas de voie de recours pour réparer le dommage subi. C’est pour cette raison que les réseaux de vente VO organisés ont le vent en poupe actuellement. Certains opérateurs, notamment ceux qui sont adossés à des distributeurs historiques automobile, offrent des garanties de vente qui varient entre trois et six mois.

Contrairement aux pays développés, au Maroc, cette pratique n’est pas encore encadrée par des textes de loi. Mais les opérateurs du secteur s’alignent sur les standards internationaux. En France, par exemple, un professionnel du VO doit fournir à l’acheteur une garantie d’une durée minimum de six mois et qui devrait être étendue à une année prochainement (selon la loi de protection du consommateur et conformément à la législation européenne). Cette couverture permet à l’acquéreur d’être protégé en cas de panne ou d’un défaut qui l’empêcherait d’utiliser sa voiture au cours de ladite période. Le vendeur est tenu de prendre en charge les réparations à ses frais et dans le cas où il n’assumerait pas ses responsabilités, il est passible de poursuites judiciaires.

Au Maroc, le droit de protection du consommateur est vague et imprécis. Chose qui n’arrange pas les affaires de l’automobiliste pour qui il est difficile d’avoir gain de cause. Mais s’il achète sa voiture munie d’un certificat de garantie, il peut en cas de problème demander une réparation de préjudice.

Toutefois, force est de constater que ces attestations sont délivrées par le vendeur professionnel du VO et non pas par un organisme indépendant certificateur comme cela existe dans les autres pays.

En tout état de cause, l’achat d’un véhicule auprès d’un vendeur professionnel évite les problèmes au niveau des documents. Pour préserver leur notoriété dans le marché, ces opérateurs ont intérêt à ne commercialiser que les voitures qui possèdent des documents valides.

A contrario, la transaction d’une voiture de particulier à particulier présente un risque concernant sa situation administrative (gage, oppositions, saisie, suspension, vol…). Il n’est pas facile de vérifier ces éléments rapidement.

L’attestation de garantie mentionne parfois des éléments certifiés comme le kilométrage, l’état de la carrosserie (les vendeurs professionnels ne commercialisent pas les voitures ayant subi de graves accidents), la fiabilité du moteur et le bon fonctionnement des différents équipements. Les professionnels du VO procèdent à des remises en état des véhicules avant de les proposer à la vente. Elles peuvent concerner la partie mécanique, la carrosserie et même les équipements. Ces opérations sont le plus souvent réalisées selon les normes du constructeur avec des pièces de rechange d’origine.

Quelques précautions à prendre par l’acquéreur

Même si certains opérateurs du VO au Maroc proposent des garanties, il est utile pour l’acquéreur de vérifier certains points comme l’historique de la voiture (Si elle est par exemple de «première main» ou si elle a changé de propriétaire). Les voitures de location sont déconseillées car le plus souvent, elles présentent un niveau d’usure important bien qu’elles soient offertes à des prix intéressants. Comme il est recommandé de jeter un coup d’œil sur le carnet d’entretien pour avoir une idée sur la nature des opérations effectuées sur le véhicule. Ces dernières peuvent être ordinaires (vidange ou autres) ou grosses réparations.

Les véhicules exposés dans un showroom de VO sont présentés normalement en bon état mais il est utile de procéder à un test-drive avant de conclure l’opération d’achat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here