Rétroviseur – Mercedes : L’arrière histoire du nom

0
712

Ce qui est beau avec la grande histoire de l’automobile, c’est que sa naissance tout comme ses nombreuses déclinaisons à travers le temps, tout comme ses évolutions, cachent toujours quelques pans secretspeu connus du grand public et des amoureux des belles berlines, des bolides et autres engins désormais inscrits dans la légende.

L’une des plus belles est celle liée à l’histoire de Mercedes, l’une des marques automobiles les plus célèbres au monde, depuis plus d’un siècle. Surtout dans cette Allemagne qui a été l’un des pays précurseurs dans l’ingénierie et le design grâce à des créateurs hors pair et, surtout, à des hommes et des femmes visionnaires. Dans cette Allemagne de la fin du XIXème siècle, il y avait une réelle effervescence autour de l’avenir et des modalités des transports. Les bateaux prenaient de nouveaux visages. La locomotive à vapeur avait pris toute sa place dans les paysages urbains. Les tramways électriques, la bicyclette, les premières motocyclettes et évidemment la naissance des premières voitures personnelles. Au XIXème siècle existaient plusieurs constructeurs dont Daimler- Motoren-Gesells chaft et Benz & Cie. Tous les deux s’étaient fait un nom dans la fabrication des moteurs et des voitures. Leur savoir-faire avait déjà servi l’armée de l’Empire germanique de l’époque, d’où leur précision, leur solidité légendaire et leur fiabilité à tous les niveaux. Les deux grandes marques vont finir, en toute logique, par fusionner, en 1926 pour former Daimler-Mercedes-Benz. Ceci pour le brin de paysage historique où sont nées les grandes marques allemandes. Et dans ce paysage, il y a une figure qui marquera l’histoire, jusqu’à nos jours.Il s’agit de Emil Jellinek. C’est un Tchéco-Hongrois, qui est né en Allemagne en 1853. Dans cette atmosphère bouillonnante d’inventivité et de création dans tous les domaines, cet homme va devenir un grand homme d’affaires, respecté. Avant de s’intéresser au monde de l’ingénierie, Emil Jellinek a d’abord fait fortune dans les assurances. Et ce que peu de personnes savent aujourd’hui, c’est que Emil Jellinek a même séjourné au Maroc et pendant plusieurs périodes, avec des va-et-vient en Afrique du Nord, Tunisie, puis en Algérie. Visitant le Maroc à la fin du XIXème siècle, il a passé du temps à Tangeret à Fès. Il y a fréquenté quelques autres hommes d’affaires allemands qui prospéraient dans le commerce entre l’Empire germanique et le Royaume chérifien du Maroc.

Emil Jellinek et sa fille Mercedes

Sa fortune faite, son nom circule alors dans les cercles les plus fermés. D’ailleurs, c’est de Tanger qu’il fera la traversée vers l’Espagne où il va rencontrer l’amour. Il épouse donc Rachel Goggmann Cenrobert avec qui il a eu une fille qu’il va nommer Adrienne Manuela Ramona Mercédès.Célèbre et introduit dans les milieux politiques, l’homme d’affaires finit par devenir consul de l’empire austro-hongrois. C’est là qu’il va partir s’installer et vivre à Nice en France. Intelligent et flairant les bons filonset les affaires prospères, il se rend très vite compte de tout le potentiel de l’automobile, qui devenait déjàun fleuron des économies puissantes de cette époque. Il décide de s’investir dans ce secteur et devient le représentant du constructeur DMG (Daimler-Motoren-Gesellschaft) à Nice. Il importe des modèles en France et en Italie et reçoit des commandes de la part des familles les plus fortunées de la Côte d’Azur, toutes séduites par ces engins à la fois beaux et rares pour l’époque. Très vite, les affaires prennent de grandes proportions surtout chez les grandes fortunes qui voient dans la voiture, au-delà du luxe, une véritable opportunité pour l’avenir. C’est là, qu’en 1900, Emil Jellinek demande au fabricant allemand de lui construire un nouveau moteurà quatre-cylindres. Une révolution.

Une invention très en avance par rapport à l’époque. Une première aussi, puisque ce modèle va faire la renommée du fabricant allemand. Proche des patrons de Daimler et Benz, Emil Jellinek propose à ses amis de donner un coup de boost à leur marque en changeant de nom pour marquer le coup et les esprits. Les constructeurs trouvent l’idée géniale et lui demandent de leur proposer un nom. Jellinek décide de baptiser ce nouveau moteur : «Daimler-Mercedes» par amour pour sa fille et pour lui rendre un hommage qui durera dans le temps. Ce qui devint tout naturel, puisque tout le monde connaît aujourd’hui la marque par le simple nom de Mercedes. C’est après ce baptême que le constructeur allemand équipe la fameuse Mercedes 35 HP, une voiture de course qui est à ce jour connue comme étant la première Mercedes de l’histoire. Depuis, le nom fait le tour du monde et surtout des circuits automobiles, puisquela Mercedes 35 PS va décrocherde nombreuses victoires, un peu partout dans le monde. Ce qui va faire la réputation du constructeur allemand. La suite est connue et appartient à l’histoire : après la fusion de DMG avec Benz & Cie en 1926, le nom «Mercedes» était déjà très populaire à cette époque. Le constructeur décide de le conserver dans la dénomination de la nouvelle entreprise : Daimler-Mercedes-Benz. Par la suite, la marque changera de nom pour devenir tout simplement Mercedes-Benz.