Rétro – Le tricycle Mercedes : La première voiture du monde

0
5816

En 1886, à Mannheim, dans le sud-ouest de l’Allemagne, la première automobile à moteur à explosion a été inventée par un homme d’exception, un inventeur hors pair, Karl Benz. Il s’agit d’un tricycle propulsé par un moteur à combustion interne, avec une boîte de vitesses et une vitesse pouvant aller jusqu’à 15 km/h.

La première sortie publique de ce qui est considéré par les historiens comme la première automobile du monde, a eu lieu le 3 juillet 1886. Karl Benz a devancé les travaux d’autres visionnaires qui n’ont pas réussi à mettre au point un véhicule fiable et pouvant montrer des aptitudes solides pour prendre la route et faciliter la locomotion. Au-delà des tractions animales en vigueur à cette période de la fin du 19ème siècle, il y a eu des essais, construits autour du moteur à vapeur, comme ceux de Amédée Bollée ou encore Sylvester Roper. Toutes ces expériences ont tourné court. Seul l’Allemand Karl Benz a pu trouver l’idée de génie : un moteur à explosion sur une structure assise sur châssis en acier.  L’ingénieur allemand avait bien étudié les travaux d’autres pionniers qui avaient réalisé des exploits pour mettre sur pied une voiture efficace et opérationnelle puisque dès les années 1860, des ingénieurs se sont penchés sur le moteur à explosion plus performant que la vapeur. Il y a d’abord l’initiative du Belge Étienne Lenoir, puis du Français Alphonse Eugène Beau, et enfin de l’Allemand Nikolaus Otto. Mais le premier moteur à explosion exploitable n’a été inventé qu’aux alentours de 1870.

Le format final sera un tricycle solide, performant pour son époque et qui, très vite, a fait ses preuves dans les rues allemandes. Cette invention a fait entrer Karl Benz dans l’histoire et en a fait le père incontesté de la voiture moderne. Pour cet homme doué d’une ténacité hors pair, né en 1844 et mort en 1929, diplômé de l’Ecole Polytechnique de Karlsruhe, les défis sont nombreux. Son rêve était de révolutionner les transports dans son pays. Il ne cessait de répéter dans son entourage que celui qui arriverait à mettre sur roues un véhicule, pourra dominer le monde. Partant de cette volonté de doter l’Allemagne d’un engin révolutionnaire, il fonde en 1883 une entreprise spécialisée dans la fabrication de moteurs à gaz. C’est là que la genèse de la première voiture prend forme. Et le tricycle qui sera fin prêt trois ans plus tard, portera le nom de Patentwagen, qui veut dire, la voiture du brevet.

Il a suffi d’un an de travail acharné et d’ajustements pour réaliser le premier prototype. Les premiers essais ont été effectués de nuit pour éviter les débordements ou des incidents fâcheux. Après moult échecs, finalement le tricycle dépasse les 100 mètres et se lance sur la route allant jusqu’à plus de 10 km/h. Karl Benz respire. Il est soulagé. Il touche au but. Il lui suffit de quelques arrangements et son bébé pourra être montré au monde. Nous sommes loin de la première réelle tentative de doter le monde d’alors d’une automobile, celle réalisée en 1769, par Joseph Cugnot qui avait construit l’ancêtre de la voiture, connu dans l’histoire sous le nom de «le fardier à vapeur». Les caractéristiques de ce véhicule sont basiques. Il s’agit d’un simple chariot qui est propulsé grâce à une chaudière à vapeur. Se déplaçant à environ 4 km/h, le fardier de Cugnot a alors une autonomie de 15 minutes mais ne dispose ni de freins, ni de direction. Autant dire un engin casse-cou. C’est pour cela qu’il a été principalement destiné à un usage militaire pour faire bouger des canons. Mais à cause d’un nombre incalculable d’accidents, il est mis hors service.

Karl Benz en parle à ses proches collaborateurs et détaille avec eux les rudiments de ce qui sera plus tard l’une des voitures la plus robuste et fiable au monde, la grande et inimitable Mercedes Benz. Tout tourne à merveille. Les détails technologiques sont au point, avec un moteur qui est un monocylindre de 954 cm³, avec un vilebrequin doté de contrepoids, un allumage électrique, un différentiel et un système de refroidissement par eau qui s’effectue par simple évaporation. Ce qui demande au conducteur d’avoir toujours une grande quantité d’eau à bord. En ce qui concerne le fonctionnement du carburateur, il s’agit d’un déroulement qui s’appuie sur le principe de l’aspiration des vapeurs d’essence. La transmission aux roues arrière, quant à elle, fonctionne à l’aide de deux chaînes fixées chacune sur une roue. Reste le point le plus ingénieux de cette invention, l’unique roue avant. Pour Karl Benz, opter pour une unique roue avant lui permet de simplifier le système de direction.

Cela assure une grande stabilité au véhicule, lui donne plus d’adhérence au sol et évite tout dérapage. Sans oublier que la vitesse maximum de 15km/h assure également à cette première voiture de tenir la route sans accrocs ni heurts.  

La suite appartient à l’histoire. Karl Benz passe presque plus de quarante ans à perfectionner sa vision de l’automobile en passant d’un palier à l’autre, franchissant à chaque avancée une étape décisive pour aboutir à l’excellence de ce qui sera la voiture du XXème siècle. Une automobile est née d’une simple invention : le moteur à explosion. Ce qui nous renvoie à cette citation de Karl Benz, désormais restée dans l’histoire : «Il est une chose à laquelle je crois et à laquelle je crois avec passion : l’amour que l’homme voue à l’innovation ne mourra jamais».