Renault Maroc :%% Bilan 2018 – le Losange au-dessus du lot !

0
578

Le top management du groupe Renault Maroc a dévoilé ses bilans industriel et commercial au cours de l’année écoulée. Des bilans plus que flatteurs puisque des chaînes de production des deux usines du groupe sont sortis plus de 400 000 véhicules, quand, en parallèle, Renault Commerce Maroc a capté une part de marché colossale de 42,5% !    

La domination de Renault au Maroc n’est pas sans évoquer celle qu’elle a exercé sur la Formule 1 entre 1992 et 1997, en bonne intelligence avec l’écurie Williams, ou encore en 2005 et 2006, en tant qu’écurie à part entière, cette fois. Pas question, pour autant, de sabrer le «magnum Mumm» pour les deux pilotes de cette réussite – en bonne intelligence avec les forces vives du groupe cela va de soi -, Marc Nassif et Eric Basset, respectivement DG du groupe Renault Maroc et de Renault Commerce Maroc (RCM).

Le top management local de la firme au Losange semblait avoir déjà les yeux rivés sur le prochain virage, celui de 2019, quand bien même ce sont les chiffres flatteurs de l’année qui vient de s’achever qui étaient à l’ordre du jour de la conférence de presse tenue par le groupe Renault le 15 janvier dernier.

Il faut dire que la stratégie déployée au Maroc est un élément, un chaînon du plan «Drive The Future», plan stratégique quinquennal lancé en 2017 et qui doit mener le groupe Renault (Monde) vers des sommets : CA de plus de 70 milliards d’euros, marge opérationnelle de plus de 7%, volume des ventes supérieur à 5 millions de véhicules, etc.).

Un chaînon essentiel, le Maroc figurant dans le Top 5 de la galaxie industrielle de Renault et dans le Top 15 des marchés les plus porteurs de la firme. C’est dans ce sillage que s’inscrivent les réalisations majeures de 2018 et notamment la plus importante des annonces qui ont été faites durant cet exercice, à savoir le doublement, à l’horizon 2022, de la capacité de production de la Somaca (de 80 000 à 160 000 unités).

Au sein du groupe Renault Maroc, on ne saurait donc se satisfaire du chemin parcouru, fût-il considérable. La route est encore longue et il est impératif que les années qui nous séparent de 2022 soient au moins aussi riches en accomplissements que 2018.            

L’année écoulée aura été, à l’instar de l’exercice précédent, historique pour les deux sites de production du groupe Renault Maroc. Au total, ce ne sont pas moins de 402 150 véhicules qui ont été produits au sein des usines de Somaca (Casablanca) et de Melloussa (région de Tanger). Dans le détail, 83 550 unités sont sorties des chaînes de l’usine de Casablanca et pas moins de 318 600 exemplaires de celles de Tanger, qui a exporté plus de 94% de sa production (contre près de 69% pour la Somaca).

Pluie de records

Les records sont également tombés au plan commercial ! Par le truchement de ses deux marques, Dacia et Renault, RCM s’est accaparé une part de marché (PDM) de 42,5%. Evidemment, Dacia est toujours l’artisan principal de ce leadership écrasant, qui a gobé à lui seul 29,5% du marché des véhicules particuliers (VP). La marque au Losange a trusté une PDM  de 14,1%, pour sa part, enregistrant, cependant, une plus forte vitalité que Dacia en 2018.

La présence de six véhicules commercialisés par RCM dans le Top 10 des meilleures ventes VP et le cavalier seul au niveau du Top 5, «squatté» par la Logan, best-seller national une fois encore, la Clio, le Dokker, la Sandero et le Duster, témoigne, s’il en est, de cette hégémonie.

Pour finir, il serait réducteur de ne considérer que les chiffres de l’année écoulée. Certaines réalisations, comme la mise en place de la Fondation Maroc en novembre dernier, le partenariat signé avec l’école Mohammadia d’ingénieurs (EMI), ou encore la consolidation du programme de sécurité routière Tkayes, rendent compte également de la santé de fer et du niveau d’ancrage du groupe français au Maroc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here