Renault Captur II : Des progrès régaliens

0
1068

Look charmant et habitacle plus soigné avec une dotation en équipement régalienne, le Renault Captur amorce une nouvelle carrière pleine d’espoir sur le marché marocain. Cette deuxième génération recèle des progrès qualitatifs indéniables, accentuant son potentiel de SUV urbain à vocation de loisirs. Nouveauté.

Lancé en 2013, le Renault Captur a rapidement trouvé son public. Pas moins de 1,5 million d’exemplaires ont trouvé preneurs, en 2019, dont 713 écoulés au Maroc. Entre-temps, la concurrence devenant de plus en plus virulente sur le segment des SUV urbains, le Captur n’a pas tardé à remettre ses pendules à l’heure. Avec sa dégaine complètement métamorphosée et son déguisement baroudeur, ce petit SUV opère une grande montée en grade.

Outre le style, le gabarit subit une inflation plutôt bénéfique. La carrosserie s’allonge ainsi de 110 mm, soit une longueur totale de 4 227 mm, dont 20 mm bénéficient à l’empattement. Autant dire que le Captur lorgne désormais de plus en plus vers le frérot Kadjar qui, lui, joue dans la catégorie des SUV Compacts.

Vif et alerte

Captiver son observateur pour mieux le séduire, telle est la mission du SUV français. A l’instar de la Clio, sa face avant abrite un bouclier nervuré, surmonté de feux 100% LED, assortis de l’élégante signature en forme de «C».

Le profil, pour sa part, exhibe une ligne athlétique soulignée d’une ceinture de caisse haute, mettant en valeur ses surfaces sculptées. La carrosserie se rehausse de plusieurs éléments faisant référence à l’univers de l’aventure, tels que les skis de protection avant et arrière, les baguettes sur les bas de caisse ainsi que les barres de toit. Ainsi déguisé, le Captur cultive plus que jamais l’esprit d’un baroudeur vif et alerte. Plutôt insolites, les feux arrière ressemblent à des trombones agrafant le hayon sur la carrosserie.

L’intérieur est de même acabit : quatre décors peuvent être associés à trois coloris de sellerie, donnant lieu à 18 configurations d’ambiance.

Bond qualitatif

La révolution intérieure est indéniable et apporte son gros lot de perfectionnements ergonomiques. Le poste de conduite se bonifie d’une console orientée vers le conducteur et des écrans plus grands. La tablette flottante au centre de la planche donne accès aux fonctions d’infodivertissement, de navigation et de confort, tout comme elle permet d’activer quelques aides à la conduite. A bien des égards, le progrès qualitatif fera oublier les déboires de la première génération : la planche de bord est désormais en résine moussée, le bandeau horizontal est laqué, les molettes de ventilation sont à affichage numérique et j’en passe et des meilleures. Si les sièges avant procurent un excellent confort à la faveur de leur assise allongée de 15 mm, leur dossier creux (-17 mm) génère un petit espace pour loger les genoux des passagers arrière.

Quant aux rangements, la contenance du coffre progresse de 81 litres et pointe désormais à 536 litres. C’est grâce à la modularité intelligente de la banquette arrière coulissante (16 mm) et l’amovibilité du plancher de coffre, qu’il réussit à atteindre ce grand volume.

Personnalisable à la carte

Signe des temps, la croissance physique s’accompagne d’une valorisation matérielle. Qu’il s’agisse de la qualité perçue, du niveau de finition ou encore des possibilités de personnalisation, la marque au losange vise le standing supérieur. Mixant 11 teintes de carrosserie à quatre coloris de toit (blanc, noir, gris et orange), pas moins de 90 combinaisons de couleurs sont possibles. L’intérieur est de même acabit : quatre décors (bleu-violet, orange, rouge et bleu océan) peuvent être associés à trois coloris de sellerie, donnant lieu à 18 configurations d’ambiance.

Sur notre marché, le petit SUV au «losange» se décline en trois finitions : Live, Explore et Intens. La première offre d’emblée : 4 airbags, régulateur-limiteur de vitesse, indicateur de changement de vitesse, aide de démarrage en côte, allumage automatique des phares avec capteur de luminosité, projecteurs avant et arrière Full LED Pur Vision, clim, lève-vitres avant électriques impulsionnels, siège conducteur réglable en hauteur, skis avant et arrière noir grainé, rétros extérieurs électriques et dégivrants, il n’y a que l’écran TFT 4,2’’ et les jantes en tôle 17’’ qui font tache sur le tableau. La finition Explore ajoute quelques raffinements, à l’instar de l’écran tactile 7’’ avec système multimédia Easy Link, barres de toit en aluminium et de belles jantes aluminium 17’’ diamantées. Enfin, la variante Intens met le paquet en proposant la caméra de recul, le frein de parking électrique, clim automatique, carte mains libres, rétros rabattables électriquement, tableau de bord digital TFT 7’’ et des jantes aluminium 18’’ diamantées.

Diesel puissant

Sous le capot, le frenchy abrite l’incontournable bloc 1.5 dCi qui développe 115 ch pour 260 Nm. Sa sobriété exemplaire (4,2 l/100 km) lui vaut d’être fort apprécié par les gros rouleurs. Dommage qu’il soit associé uniquement à la boîte manuelle à 6 rapports. Ce qui n’est pas le cas de son homologue essence, le tout nouveau 1.0 TCe de 130 ch, qui a droit à l’excellente boîte automatique EDC à 7 rapports et double embrayage, pouvant être pilotée via des palettes au volant.

Au final, le Renault Captur réalise un grand tour de force en se renouvelant profondément, alors que pas mal de ses concurrents se sont bornés à des liftings de façade. Côté financement, ses prix s’échelonnent de 174 500 DH à 227 500 DH. Avis aux passionnés de loisirs.

Galerie

previous arrow
next arrow
Slider

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here