Range Rover Evoque, Auto Moto 2M TV : Changement en douceur

0
386

Brillante, c’est ainsi que l’on peut décrire la carrière commerciale de la précédente génération du Range Rover Evoque. Mais, l’heure du passage de témoin a déjà sonné : le best-seller anglais laisse place à une nouvelle mouture ne manquant pas d’atouts. Parviendra-t-elle à relever le même défi ? Voici quelques éléments de réponse.

Le baroudeur des beaux quartiers s’inspire intensivement de son grand frère Velar, auquel il reprend l’essentiel de la partie avant. On note d’emblée les traits de similitude entre le dessin des blocs optiques et la forme des capots. Le profil, de son côté, préserve sa forme atypique, où la ligne de toit s’étend en filigrane. Pratiques et ludiques, les poignées de portes rétractables à fleur de la carrosserie, contribuent à l’amélioration des caractéristiques aérodynamiques.

Mensurations identiques

Pas de changement au niveau du gabarit, l’Evoque se maintient dans les mêmes proportions que son prédécesseur, soit une longueur totale de 4,37 m. Ceci suggère un simple restylage plutôt qu’un renouvellement générationnel.

A l’arrière, un large bandeau noir encadré par des feux joliment dessinés, fait son apparition. Bien que l’Evoque n’ait pas subi d’inflation dimensionnelle, son empattement est supérieur de 2 cm. Au grand bonheur des passagers arrière, bénéficiant davantage d’espace aux jambes. Petit bémol, toutefois, la surface minimaliste des vitres, conjugué à la position engoncée des assises, donnent la sensation de confinement à bord.

Invasion numérique

Côté agencement, le design de la planche, tout autant que celui des sorties d’aération et de la console centrale, a été revu de fond en comble. Oubliez la petite molette rétractable, qui surgissait de son encoche pour jouer le rôle de sélecteur de vitesse, place à un levier plutôt ergonomique.

Face au conducteur, l’instrumentation 100% numérique s’accompagne d’un double écran tactile de 10 pouces, issu de la banque d’organes du Range Rover Velar. Le premier, placé au milieu du tableau de bord, gère les appareils multimédias et les aides à la conduite.

Plus haut, un autre écran tactile donne la possibilité de régler la climatisation et bien d’autres dispositifs de confort. La connectivité, elle aussi, bénéficie d’un soin particulier : Wifi et recharge des smartphones par induction sont disponible.

Efficience mécanique

Techniquement, le SUV anglais propose une palette de motorisations diversifiée, composée exclusivement du 2 litres Ingenium. Ce 4-cylindres se décline en 3 niveaux de puissance pour les versions à essence : 200, 250 et 300 ch. Alors que leurs homologues diesel existent en 150, 180 et 240 ch. Tous ces blocs s’associent à merveille avec la boîte automatique à 9 rapports, laquelle travaille de concert avec la transmission intégrale. Et si le cœur vous en dit, optez pour l’option Terrain Response permettant d’ajuster la hauteur de la caisse et la fermeté de la suspension en fonction du terrain sur lequel vous roulez.

Côté financement, le prix d’attaque de 457 300 DH de la version d’entrée de gamme 150 ch, est très théorique. Pour accéder à une version bien équipée, comme la 2.0 litres SE, il faut préparer une enveloppe de 610 000 DH.

Galerie

previous arrow
next arrow
Slider

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here