Mini Countryman : Du pareil au même…

0
491

Après trois ans de service, le Mini Countryman, deuxième du nom, prête le flanc à l’opération de remise à niveau de mi-carrière. Si les retouches de la carrosserie restent discrètes, la révision de l’habitacle apporte un air de modernité plutôt appréciable, en particulier pour ce qui est de l’instrumentation et de l’interface numérique.

Rendre le style d’un modèle plus attrayant sans pour autant dénaturer sa conception originale, voilà l’objet de l’exercice auquel se livrent les designers lorsqu’il s’agit d’une opération de restylage. Le Mini Countryman, sorti en 2017, n’échappe pas à ce genre de rafraîchissement de la ligne et bénéficie, lui aussi, de quelques petits soins censés lui donner un soupçon de punch. Ce qui contribuera assurément à renforcer son positionnement dans le segment des SUV urbains premium où la concurrence se joue à couteaux tirés.

Faut-il le rappeler, le Countryman, étant le plus grand et le plus polyvalent des membres de la famille MINI, se veut le premier à proposer : une longueur extérieure supérieure à 4 mètres, quatre portes, un grand hayon, cinq places et une transmission intégrale. Grâce à quoi la marque britannique a réussi avec succès une belle offensive dans le segment des voitures compactes haut de gamme, chasse gardée du trio allemand (BMW, Audi, Mercedes). Tel que le confirme le résultat des ventes, le Mini Countryman représente, à lui seul, près de 30% des nouvelles immatriculations de la marque Mini à l’échelle mondiale. Pour s’inscrire dans la tendance écologique et réduire les rejets de dioxyde de carbone, le petit baroudeur des beaux quartiers optimise le mode d’alimentation de ses moteurs thermiques par le perfectionnement du Turbo TwinPower. Sans oublier la variante hybride rechargeable… Mais avant de prendre place dans l’habitacle, faisons un petit tour du propriétaire.

Opération de rhinoplastie

A bien des égards, la ligne musclée et la stature haute du Countryman suggèrent un caractère athlétique et des attitudes de conduite rassurantes, aussi bien sur route qu’en tout-terrain. A l’occasion de ce restylage, la silhouette du Countryman demeure très féminine avec sa bouche bien ourlée, ses gros yeux ovales ainsi que ses ailes et jupes arrière arrondies. Autant dire que les designers maison ont bien usé du botox, notamment au niveau du bouclier avant et de la calandre. Redessinée, cette dernière conserve les typiques contours hexagonaux et le cerclage chromé, mais elle se greffe de trois barrettes horizontales sur la version MINI Cooper, MINI One D et MINI Cooper D. Tandis que celles des variantes Cooper S et Cooper SD, adoptent une grille alvéolée flanquée d’un «S» rouge. Voilà pour les signes distinctifs de la partie avant. Quant à l’arrière, le pare-chocs redessiné déleste le popotin. Mais le changement le plus notable réside dans l’adoption des feux arrière verticaux assortis du motif «Union Jack», qui évoque fièrement les origines britanniques de la marque. Nous ne passerons pas sous silence que sur le registre de l’éclairage, les nouveaux projecteurs avant à LED arborent désormais un design inédit, et se doublent d’un anneau lumineux fonctionnant en permanence, assurant à la fois la fonction du feu de jour et de clignotant. Et puis, les clients peuvent toujours opter pour le pack «MINI ALL4 Line Exterior» ou des rails de toit, histoire d’accentuer l’aspect baroudeur de l’engin, qui dispose déjà d’une garde au sol assez relevée suggérant un habitacle spacieux.

Options à gogo

Le nouveau MINI Countryman manifeste un haut niveau de polyvalence aussi bien à l’extérieur qu’au sein de l’habitacle, où la banquette arrière offre assez d’espace pour accueillir trois adultes de gabarit moyen. En repliant son dossier fractionnable (40/ 20/ 40), le volume du coffre peut passer de 450 à 1 390 litres.

Les possibilités de personnalisation de l’habitacle ont été décuplées grâce à de nouvelles options, à l’instar des cuirs Chester Indigo Blue et Chester Malt Brown. En revanche, la «Colour Line» pour la partie inférieure du tableau de bord et la garniture de porte, auparavant proposée en option, fait désormais partie intégrante de la sellerie cuir. De même, le revêtement intérieur Piano Black, livré de série, se complète par des baguettes en aluminium brossé. Et si vous en voulez encore, une nouvelle version des surfaces intérieures MINI Yours Shaded Silver exclusives est proposée en option pour toutes les variantes du modèle. Il s’agit d’une touche sportive empreinte d’élégance grâce à l’association d’un insert illuminé au niveau du poste de conduite et des portes.

On reprend les mêmes

Sur le plan mécanique, le Mini Countryman, en tant que modèle appartenant au groupe BMW, se sert à bon compte dans la banque d’organes du constructeur allemand. Basé sur la plateforme de son cousin germain BMW X1, il lui en reprend également le meilleur de ses motorisations : deux blocs essence développant la puissance de 136 et 178 ch ainsi que trois blocs diesel de 116, 150 et 190 ch. L’ensemble de ces motorisations s’associent allègrement avec la boîte automatique à 8 rapports ou manuelle à 6 rapports, mais les versions diesel à 4-roues motrices (All4) font l’impasse sur cette dernière.

Tout compte fait, l’opération de relooking se résume en un petit ravissement des yeux et une légère amélioration qualitative. Pas de quoi révolutionner le genre, mais assez suffisant pour séduire les passionnés de «petites anglaises», de plus en plus nombreux dans le Royaume. Nous vous communiquerons dès que possible les tarifs et les finitions du Mini Countryman, version 2020, dont l’importation interviendra d’ici deux ou trois mois.

Galerie

previous arrow
next arrow
Slider

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here