Marché automobile – septembre 2023 : La dégringolade !

0
721

En septembre 2023, le bilan des ventes automobiles est déplorable, à bien des égards. Les acheteurs sont de plus en plus rares dans les showrooms, et la plupart des entreprises reportent leurs acquisitions à plus tard. Il est fort probable que cette situation incitera un bon nombre d’importateurs à redoubler de générosité pour inverser la vapeur. Le jeu en vaut la chandelle ! La conjoncture économique n’est pas aussi décevante qu’elle pourrait paraitre, et plusieurs secteurs tirent allègrement leur épingle du jeu.

Plus concrètement, la chute des ventes en septembre atteint (-15,72%) par rapport au même mois de l’année dernière. Au total, ce sont tout juste 11 713 véhicules qui ont trouvé preneur, contre 13 898 unités écoulées en 2022. Ce résultat négatif est inhérent au recul accusé par les ventes de véhicules particuliers (VP) et véhicules utilitaires légers (VUL), qui enregistrent respectivement (-15,19%) et (-18,93%).

Sans être complètement chamboulé, le top 10 des marques les plus vendues subit quelques turbulences. Indétrônable de son fauteuil de leader, Dacia domine encore et toujours ses concurrents, en écoulant 2 460 unités (-18%), ce qui lui permet de revendiquer 24,31% de parts de marché.

Elle creuse l’écart par rapport à Renault, dont la chute vertigineuse des ventes atteint le plancher (-29,44%), soit un total de 1 747 exemplaires écoulés. Néanmoins, elle réclame une bonne part de marché de 17,27%.

Sur la troisième marche du podium, on retrouve Hyundai. Avec une baisse de (-15,18%) par rapport à septembre 2022, la marque coréenne n’est pas du tout gâtée. Mais parvient tout de même à limiter la casse de l’été : (-26,34%), en août 2023.

La marque Peugeot occupe la quatrième position avec 645 véhicules vendus contre 861 véhicules, en 2022. Elle réalise ainsi une contreperformance de (-24,97%) et détient (6,39%) de parts de marché.

Affichant une santé en béton, Opel poursuit son ascension et occupe la cinquième place du podium. Avec 565 voitures vendues, il enregistre la progression phénoménale de (+44,13%), et revendique 5,59% de parts de marché.

Volkswagen n’a rien vu venir. Dépassé, en un éclair, par Opel, il recule à la sixième position. Mais il ne démérite pas, puisqu’il réalise la belle performance de (+13,51%), en écoulant 504 voitures. Sa part de marché s’affiche à 4,98%.

La septième place échoue à Citroën, dont les ventes se limitent à 449 unités (-22,98%), et une part de marché de 4,44%.

A la huitième position, pointe la marque Kia qui réalise un véritable saut en hauteur (+4,49%). Du coup, elle passe par-dessus Toyota (-36,13%) et Fiat (-29,59%) qui occupent respectivement la neuvième et la dernière position.

L’infortune sévit chez la plupart des marques généralistes, mais épargne les labels haut de gamme. Dominant ses rivales, Audi progresse à pas de géants (+64,36%), en raison des 332 exemplaires vendus en septembre. Elle consolide ainsi sa position de leader et détient 3,28% de parts de marché. Elle est suivie par BMW qui a réussi à écouler 258 véhicules, soit une progression de (+1,98%) et 2,55% de parts de marché. La marque Mercedes, elle aussi fait partie du trio gagnant, malgré une régression de (-10,55%) et une part. de marché limitée à 1,93%.

Voilà pour ce qui est des hauts et des bas du marché automobile national.