Véhicules d’occasion – Les arnaques du marché : Les cas les plus intrigants

0
376

Dans le marché du VO, il n’existe pas de garantie couvrant les achats ou les ventes. Il est donc essentiel de prendre certaines dispositions pour éviter quelques désagréments dont les arnaques. Outre la vérification de l’état technique du véhicule, il est utile de contrôler ses documents et prendre toutes les précautions nécessaires lors du paiement.

Le marché de l’automobile neuf est très structuré, car il obéit à des règles commerciales très strictes. Le risque d’arnaque du consommateur est minime. Le plus souvent, les cas de litige sont relatifs à une mauvaise interprétation de certaines clauses du contrat de vente. Les problèmes liés à des défauts de moteurs ou de certains équipements sont vite réglés. Les concessionnaires et les distributeurs veillent à l’image et à la notoriété de la marque qu’ils représentent autrement ils risquent le retrait de la carte. Ce qui n’est pas le cas pour le marché des voitures d’occasion. Cet univers obéit à des règles et des coutumes qui lui sont propres. Le risque d’arnaque est omniprésent par des vendeurs ou des intermédiaires malhonnêtes. Les médias relatent de temps à autre des cas de ce genre. Le plus souvent, les victimes trouvent beaucoup de difficultés pour réparer le préjudice moral et financier subi. Il est donc primordial d’être vigilant avant de concrétiser une opération de vente ou d’acquisition de voiture.

Au sein du circuit VO adossé à des distributeurs ou à des concessionnaires agréés, les voitures proposées sont rigoureusement contrôlées tant au niveau de leur document qu’au niveau technique. Certes, le prix de ces véhicules est plus cher que la moyenne du marché mais ils présentent toutefois une certaine garantie. Tout d’abord, au niveau de l’authenticité des documents. De nombreuses personnes ont constaté avec stupéfaction que le véhicule acheté a fait l’objet d’un vol ou d’une réclamation auprès des autorités. Ce genre de situation est fréquent au niveau des voitures importées notamment celles de luxe. Des réseaux mafieux se sont spécialisés dans ce genre d’opérations.

Il est donc recommandé de vérifier auprès du service des mines les documents présentés. Dans le même ordre d’idées, il faut s’enquérir auprès de cette administration si la voiture concernée ne fait pas l’objet d’une saisie-arrêt par un organisme financier ou certains créanciers du vendeur. Il faut donc s’assurer de l’absence de litige pouvant entraîner des tracas judiciaires.

Par ailleurs, il est utile d’éviter les voitures ayant fait l’objet d’un taux d’usure important ou d’un kilométrage élevé comme celles de location ou les taxis. Du fait qu’ils ne sont pas propriétaires de la voiture, les conducteurs qu’ils soient locataires ou taxieurs, sont moins regardants à l’état du véhicule. Le programme d’entretien et de réparation ne s’exécute pas toujours selon les normes. Pour des raisons de coût, l’on opte généralement pour des pièces de rechange adaptables ou acquises à la ferraille. Au niveau de la réparation, on choisit souvent un garagiste dont le niveau de professionnalisme laisse à désirer, et qui ne respecte pas les consignes du constructeur. Il est donc conseillé d’éviter ce genre d’opportunités.

Un spécialiste ou un expert automobile peut trouver facilement certains signes révélateurs qui sont visibles au niveau de l’habitacle, de la carrosserie et du moteur. Car, pour la vente ou l’achat d’une voiture, le contrôle dans les centres de visites techniques est sommaire. Les agents se contentent de contrôler uniquement la conformité du numéro du châssis par rapport à la carte grise présentée sans pour autant vérifier l’état du véhicule.

Concernant le règlement financier, le plus souvent le vendeur exige le paiement en cash, et ce à cause du manque de confiance dans les transactions par chèque bancaire. Pour les personnes qui acceptent ce mode paiement, il est nécessaire de vérifier l’identité de la personne concernée. Pour les opérations en espèce, certains réseaux criminels font semblant de vendre des voitures mais leur but est d’arnaquer l’acheteur. Il est donc utile d’être épaulé par des amis ou des proches lors de la transaction.

Quid de la vente par procuration ?

En général, la procuration est donnée à une personne que l’on connaît, et en qui on a confiance pour accomplir sous sa responsabilité un acte en son nom et pour notre compte.

Si quelqu’un a un projet de vente de voiture, l’acte est matérialisé par la signature et la légalisation du formulaire (carton gris) par les deux parties, à savoir le vendeur et l’acheteur.

Il est conseillé de recevoir le prix de vente avant la légalisation de ce document, et de préférence par chèque certifié, tout en s’assurant au préalable, en vous présentant à la banque, de l’authenticité de certification dudit chèque.

Il faut retenir que la vente par procuration présente des risques. Cet acte peut avoir des conséquences fâcheuses même sur un plan pénal, car le véhicule peut être utilisé pour commettre un délit ou un crime, ce qui, inéluctablement, se traduirait par des problèmes judiciaires pour le vendeur.