Lamborghini Huracán EVO RWD :%% Le plaisir à l’état pur

0
392

Un an après son restylage, la Lamborghini Huracán se décline en une propulsion, EVO RWD, de façon à rendre son arrière-train encore plus joueur pour réaliser des drifts en toute brutalité, gages de sensations époustouflantes au volant. Il va y avoir du sport !

«A bas les excès de la technologie, vive le brut de décoffrage», c’est probablement le cri qui résonne chez les labels sportifs. Ne supportant plus la conduite ultra-aseptisée, les passionnés automobiles, accros à l’adrénaline, incitent les constructeurs à amputer tout ce qui est superflu de l’architecture mécanique. Pour preuve, à peine quelques semaines après qu’Audi a annoncé la sortie de la R8 RWD (à 2-roues motrices), Lamborghini s’est déjà empressée de dévoiler la Huracán EVO RWD. Contrairement à la version standard, cette dernière tourne le dos à la transmission intégrale et aux roues directrices pour épouser une simple propulsion arrière. Autant dire que les bêtes de course se caressent désormais à rebrousse-poil !

Self-contrôle

La particularité de la nouvelle Huracán EVO RWD, c’est qu’elle transpose l’évolution de la technologie prédictive au sein d’une dimension riche en émotions pures et débridées, ce qui procure la sensation que le conducteur et la mécanique ne font plus qu’un seul être. Grâce à la propulsion arrière, le pilote s’offre la possibilité de prendre le contrôle total de son véhicule avec lequel il tisse un lien intime et exclusif. A cet égard, le retour à la propulsion donne accès aux origines de la mécanique à l’état pur, grâce au train-arrière plus joueur que jamais autorisant des drifts sensationnels. Mais que les choses soient claires, ce coupé n’est pas à mettre entre toutes les mains : fort du V10 5,2 litres atmosphérique revendiquant 610 ch pour un couple de 560 Nm intégralement envoyés aux roues arrière, il est destiné aux pilotes expérimentés prompts à le contrôler sans être dépassés.

Si la version RWD affiche 30 ch et 40 Nm de moins que la version standard (4-roues motrices), les performances sont toujours au rendez-vous avec 3,3 s pour passer de 0 à 100 km/h (+ 0,4 s), tandis que la vitesse maximale pointe à 325 km/h. Ce beau palmarès, elle le doit à son poids plume (1 380 kg) obtenu grâce à l’ablation de la transmission intégrale, mais aussi à une bonne cure minceur à base d’aluminium et de fibre de carbone.

Gimmicks aérodynamiques

Les appendices aérodynamiques sophistiqués font bon ménage avec le design emblématique de Lamborghini qui tire son inspiration du museau d’un requin. Les lignes pointées vers l’extérieur soulignent ainsi la puissance du véhicule. Du coup, la large prise d’air avant est dotée d’un système aérodynamique amélioré pour favoriser l’efficacité thermique, tandis que le nouveau diffuseur arrière a été spécialement conçu pour ce modèle. De même, le spoiler arrière «F-Duct», issu du monde de la compétition, contribue à l’amélioration de la déportance au contact des flux d’air et de la surface sous-jacente.

Dans ce même ordre d’idées, les phares en forme de «Y», dérivés du concept-car électrique Terzo Millennio, sont intégrés au splitter avant. Difficile d’évoquer l’EVO RWD sans s’arrêter sur la fonctionnalité du splitter qui joue le rôle d’un déflecteur suspendu. Son ouverture donne la possibilité d’atteindre deux objectifs : gérer le flux d’air drainé sous le châssis, mais aussi améliorer le refroidissement du moteur grâce à l’augmentation significative de la capacité des radiateurs. Le diffuseur a été repensé afin d’accroître la déportance par rapport à celle de la Huracán EVO.

Perfectionnement numérique

Sans surprise, les changements intérieurs, encore plus subtils, se limitent à une surprenante interface homme-machine qui obéit au doigt et à l’œil. Si les commandes traditionnelles disparaissent, la console centrale accueille, quant à elle, un écran capacitif multi-touch de 8,4». Un simple effleurement du doigt permet de gérer les fonctions de divertissement, recevoir des informations routières en temps réel et adapter l’éclairage intérieur au mode de conduite sélectionné. Le système offre également une connectivité avancée sans précédent à bord d’une Huracán.

Un taureau décoiffant

A la pointe de la technologie, l’époustouflant V10 atmosphérique, issu de la Huracán EVO standard, bat la mesure à travers le mouvement des pistons dans un bloc cylindre en alliage léger et des soupapes d’admission en titane. Dépouillé de la transmission intégrale, le taureau transalpin n’en demeure pas moins bien assisté grâce au système Lamborghini Piattaforma Inerziale (LPI) qui recoupe en temps réel des informations précises sur le comportement du véhicule. Ultime degré de sophistication : la dynamique verticale du véhicule est gérée par les suspensions magnéto-rhéologiques (LMS), tandis que la dynamique latérale est contrôlée par le système de direction Lamborghini Dynamic Steering (LDS). Autant dire que le nouveau bolide de Sant’Agata Bolognese réussit à faire cohabiter une conduite décontractée à des performances incroyables en termes de maniabilité, tout en préservant le capital émotionnel typiquement Lamborghini.

Tout compte fait, la Lamborghini Huracán Evo RWD est un gros jouet pour grands enfants, fortunés bien sûr. Son tarif de 1,8 M DH, au bas mot, n’est qu’une bagatelle à côté du plaisir à l’état pur qu’il peut offrir.

Galerie

previous arrow
next arrow
Slider

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here