Kia Niro Hybrid : Un challenger redoutable

0
2420

Le look viril et la forme athlétique du Kia Niro Hybrid riment avec un confort proverbial et une sobriété exemplaire. Mais est-ce suffisant pour disputer la place du leader Toyota C-HR qui jouissait, jusque-là, d’un monopole absolu ? Impossible n’est pas Niro.

La marque Kia opère un double lancement hybride, en présentant à sa clientèle marocaine deux joyaux de sa gamme verte, à savoir la grande berline Kia K5 qui se veut un véritable modèle de luxe et de raffinements et le Kia Niro, un SUV urbain aussi fringant que polyvalent à l’usage. Grâce à sa propulsion hybride, ce modèle combine avec brio d’excellentes prestations dynamiques à une sobriété exemplaire.

Lancé en 2017 et restylé en 2019, le Kia Niro a réussi à réconcilier plus de 300 000 automobilistes avec le bien-être de la conduite proprement hybride. Fort de ce joli succès international, il ambitionne sereinement de conquérir le marché national, où l’attend de pied ferme un sérieux rival, le Toyota C-HR. Ce dernier, jouissant d’une position de monopole absolu, a pu dominer le marché marocain des années durant, ce qui lui a permis d’installer une certaine notoriété…

Mais il lui en faut beaucoup plus pour décourager le Kia Niro qui, disposant d’un sacré paquet d’avantages, est bien destiné à devenir un best-seller. Voici quelques clés pour comprendre les éléments de différenciation entre ces deux modèles.

Le poste de conduite bénéficie de systèmes numériques dans l’air du temps, à l’image du combiné d’instrumentation 100% digital de 7 pouces, secondé d’un écran tactile centrale de 8 pouces.

Esthétique

Les goûts ne se discutent pas, certes, mais force est de constater que, contrairement au design torturé d’inspiration manga du tenant du titre japonais, le challenger coréen dégaine une carrure svelte avec des lignes épurées.

Jugez-en vous-mêmes, la face avant est mise en valeur par la calandre «Tiger Nose», surplombant un bouclier puissant, encadré d’une belle signature lumineuse, composée de deux flèches. Même constat à l’arrière où le dessin des feux à LED et des antibrouillards est très distinctif, tout comme la protection en aluminium du pare-chocs.

Notre modèle d’essai, Finition Executive, qui repose sur des jantes de 18 pouces, exhibe ses barres de toit en aluminium soulignant sa hauteur de caisse. Son profil se distingue également par le large vitrage latéral qui, cerclé de chrome satiné, procure une bonne sensation de luminosité et d’espace à bord.

Vie à bord

L’ambiance intérieure ne manque pas de charme et l’agencement se veut bien soigné. On apprécie le style élégant du tableau de bord, en particulier le revêtement souple couvrant sa partie supérieure, la garniture noire laqué sur sa partie frontale. Sans oublier la baguette en aluminium satiné qui procure une note d’élégance à cette atmosphère.

Face au conducteur, se tient un combiné d’instrumentation à affichage TFT 4,2’’, livré de série. Or, le Niro propose, en option, l’affichage 100% digital avec un écran TFT 7,0’’. Lequel permet au conducteur de suivre la navigation GPS et de surveiller le flux d’énergie hybride directement sur le combiné d’instrumentation. Du coup, les autres passagers peuvent continuer à sélectionner leurs tubes préférés sur l’écran tactile central (8,0 pouces). Implémenté de la multi-connexion Bluetooth, ce dernier permet de piloter toutes les fonctions d’infodivertissement, tout comme il donne la possibilité de connecter deux smartphones simultanément, même s’ils tournent sous deux systèmes d’exploitation différents (Apple CarPlayTM ou Android AutoTM).

Mais le point fort du Niro réside dans son espace généreux inondé de lumière, ce qui procure une véritable sensation de bien-être à bord. En revanche, l’intérieur du Toyota C-HR est un véritable cocon dans lequel les plus claustrophobes se sentiront mal à l’aise. Il ne fait donc aucun doute que le Niro remporte haut la main la première manche.

Dotation en équipement

Pour ce qui est de la dotation, la version d’entrée de gamme, Motion, offre à la clé 7 airbags, avertisseur de pression des pneus, régulateur de vitesse, climatisation automatique bi-zone, volant et levier de vitesse en cuir, boîte automatique avec palettes au volant, caméra de recul, Bluetooth avec reconnaissance vocale et streaming audio…  Je me borne à ne citer que ces équipements livrés d’office, sans détailler ceux de la finition intermédiaire, Active, ni ceux de la variante haut de gamme, Executive, qui ajoutent leur petit lot de raffinements.

Sur la version de base, Dynamic +, du Toyota C-HR, on trouve les équipements précités, excepté les rétroviseurs extérieurs rabattables et les commandes multimédia au volant. Ceux-ci ne sont accessibles qu’à partir de la finition intermédiaire Distinctive.

Sous le capot

Animé par le bloc à essence 1,6 litre GDI de 105 ch, couplé au module électrique de 43 kw, le Niro peut rouler en trois modes : thermique, électrique ou hybride. Au démarrage, aucun bruit, aucun son n’est perceptible. L’énergie électrique fournie par la batterie permet de parcourir plusieurs kilomètres à allure modérée. Ensuite, le bloc thermique prend le relais pour propulser l’engin et recharger la batterie. L’énergie dégagée en phase de ralenti ou de freinage alimente régulièrement la batterie. Le Niro parvient ainsi à réaliser une bonne économie de «sans plomb», soit 3,4 l/100 km contre
3,8 l/100 km pour le Toyota C-HR. Tout compte fait, le Kia Niro montre que sobriété et plaisir de conduire ne sont pas incompatibles.

Il faut souligner que la boîte automatique à 6 rapports (DCT) contribue, elle aussi, à l’économie du carburant grâce à son double embrayage assurant en permanence la continuité de transmission des rapports. Avec les palettes au volant, les vitesses se passent à la volée dans une fluidité remarquable. Si sobre et calme soit-il, le Niro n’en demeure moins nerveux et répond instantanément à l’appel de l’accélérateur.

Le dernier point fort du Niro reste incontestablement sa robustesse proverbiale. Pour preuve, la marque Kia n’hésite plus à offrir 5 ans de garantie pour le Niro, contre seulement 3 ans pour le C-HR.

Disponible au tarif promotionnel de 295 000 DH, le Niro affiche un rapport sobriété/prestations/équipements meilleur que celui du Toyota C-HR dont le prix de base est de 290 000 DH. Avis aux passionnés de voitures hybrides.

Galerie

previous arrow
next arrow
Slider

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here