Industrie automobile : Le Maroc monte en grade

0
782
Moulay Hafid Elalamy et Fatima Zahra Ouriaghli lors de la présentation de la Peugeot 208.

Peugeot 208 est fabriquée au Maroc avec un taux d’intégration de plus de 60%. Le Royaume vise désormais le titre de plateforme industrielle automobile la plus compétitive du monde.

Si le sacre de Peugeot 208 est une belle victoire pour le groupe PSA et Sopriam, il revêt surtout une valeur hautement symbolique pour le Maroc : elle est la preuve la plus éclatante du savoir-faire acquis par le Royaume en matière de construction automobile. En effet, la plateforme industrielle marocaine, qui a démarré il y a à peine 8 ans avec le low-cost, est désormais capable de fabriquer les véhicules les plus modernes et avant-gardistes qui soient. En cela, le triomphe de Peugeot 208, produite sur le site de l’usine PSA à Kénitra, avec un taux d’intégration proche des 60%, est la consécration du Made in Morocco.

Qui d’autres que Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie verte et numérique, pour mesurer le chemin parcouru. Invité de marque de la soirée de gala organisée pour récompenser le vainqueur, monsieur écosystème a prononcé un discours mêlant à la fois fierté et ambition. «Le Royaume est entré de plain-pied dans le club fermé des pays constructeurs de voitures. Il n’a cessé au fil des ans de gagner des échelons grâce à une politique volontariste pour séduire les investisseurs, en mettant à leur disposition tous les ingrédients nécessaires pour réussir leurs projets, notamment des infrastructures de base adéquates et un environnement des affaires adapté», a-t-il affirmé.

Le Maroc, rappelle-t-il, a également fourni de gros efforts sur le volet des ressources humaines en formant des techniciens et des ingénieurs dont le profil répond parfaitement aux besoins des entreprises du secteur.

«Etre numéro 1 mondial»

Tous ces éléments font, qu’au cours des dernières années, l’industrie automobile marocaine a connu un véritable bond en avant. La capacité de production automobile atteint aujourd’hui 700.000 unités par an. Avant 2012, le Maroc ne produisait aucune voiture. Avec du recul, on mesure la portée de l’exploit.
Ces chiffres sont encore amenés à augmenter dans les années à venir du fait que nombre de projets sont en gestation actuellement. Le taux d’intégration local, nerf de la guerre de toutes industries exportatrices, devrait lui aussi grimper vers un taux de 80%. Tous ces éléments font que l’attrait du Maroc est consolidé. Depuis 4 ans, l’industrie automobile est le premier secteur exportateur et emploie déjà plus de 116.000 personnes. Des performances qui donnent des ailes et nourrissent toutes les ambitions, même les plus élevées. «Il m’arrive d’inaugurer une usine quasiment tous les jours», confie le ministre. «La filière automobile est devenue le fer de lance de l’industrie nationale. Elle vise l’année prochaine des exportations d’une valeur de plus de 100 milliards de dirhams».

«Nous avons des marges de progression pour améliorer notre classement mondial dans l’industrie automobile. Le Maroc sera parmi les pays les plus compétitifs au monde. A ce niveau, nous sommes classés troisième, devancé seulement par la Chine et l’Inde. Nous visons à les dépasser. Si nous arrivons, le Maroc pourra doubler son potentiel à l’export», ajoute MHE, qui, on l’aura compris, ne compte pas se contenter de sa première place à l’échelle africaine. «C’est derrière nous», lâche-t-il.

Et de 3 pour PSA

Khalid Kabbaj, Directeur général de Sopriam, importateur exclusif des marques Peugeot, Citroën et DS au Maroc, a rap- pelé, pour sa part, que «Peugeot a remporté le titre de voiture de l’année pour la troisième année consécutive. Cela nous réconforte beaucoup. C’est un événement qui se professionnalise d’année en année. Je tiens à féliciter les organisateurs et les membres du jury et aussi le grand public qui a voté sur Internet. Cette voiture le mérite, c’est une fierté pour le Maroc. Elle répond aux meilleures normes de construction exigées à l’international. Elle signe la montée en gamme de la marque».

De son côté, Abdelilah Laâmarti, Directeur général de Sanad Assurances, a insisté sur l’intérêt que porte sa compagnie pour la branche automobile. «Nous sommes heureux de sponsoriser cette 11ème édition des trophées de l’automobile organisée par le magazine Autonews. Au-delà de la notoriété que cela nous procure, il permet à nos assurés de les guider lors de l’achat d’un véhicule. Cet événement permet au marché de l’automobile de mettre en valeur les innovations du secteur et d’attirer l’attention des consommateurs sur les nouveautés et les différentes offres existantes. Par la même occasion, je tiens à féliciter les organisateurs pour la qualité de leur prestation et leur professionnalisme».

Même son de cloche pour MHE. Ce dernier a évoqué «une manifestation organisée chaque année avec brio et succès. A voir l’assistance en nombre et en qualité, on comprend l’intérêt de cet événement. Je tiens à féliciter ses initiateurs pour la qualité de l’organisation». Rendez-vous est déjà pris pour la 12ème édition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here