Ford Mustang 2023 : Le yankee fait sa résistance

0
195

Au grand bonheur de ses adorateurs, la septième génération de Ford Mustang conserve ses points forts, et soigne ses lacunes en matière de style, de performances, de connectivité…

Evolution sans révolution, telle pourrait être la devise de la marque Ford en matière de renouvellement de la mythique Ford Mustang. De génération en génération, la mythique sportive américaine continue son bonhomme de chemin sans bouleverser l’esprit légendaire de ses aïeux. Déclinée en deux types de carrosserie (coupé et cabriolet), elle enfile un nouveau costume sportswear qui s’inscrit dans l’ADN du premier modèle, sorti en 1964. Idem pour l’intérieur qui évolue en douceur en adoptant des interfaces numériques dans l’air du temps, conjuguées à des aides à la conduite et des systèmes de sécurité plus sophistiqués. Seuls les groupes motopropulseurs ont été reconduits à l’identique, y compris le légendaire V8 5.0 litres dont les performances ont été revues à la hausse. L’étalon américain n’a pas vendu sa peau au diable : il reste réfractaire à la montée en puissance de l’électrification à tout-va, quand bien même la quasi-totalité de ses concurrents ont déjà cédé le flanc. Voilà qui ne manquera pas de plaire aux puristes, les passionnés de caisses brutes de décoffrage offrant un plaisir de conduire typiquement américain.

Changements discrets

Faisant écho au style original des sixties, l’emblématique calandre scindée en trois parties est encadrée par des phares à LED aiguisés, ce qui procure au bolide un regard à la fois vif et méchant. Idem pour la ligne de toit fuselée, façon FastBack, le porte-à-faux arrière raccourci, et les hanches élargies, qui affirment sa puissance.

Proéminent, le becquet arrière, abritant un nouvel éclairage aux trois barres, travaille de concert avec le diffuseur d’air redessiné pour améliorer l’efficacité aérodynamique.

Pour la première fois, chaque version de la nouvelle Mustang se démarque par son faciès spécifique. Illustration avec la GT qui propose des ouvertures de grille plus grandes, conçues pour augmenter le flux aérodynamique, mais aussi pour améliorer la puissance et les performances. Les nouvelles entrées d’air sur le capot et, surtout, les jantes en alliage de 19’’ qui laissent entrevoir les freins Brembo, en disent long sur les prétentions dynamiques du destrier américain.

Ode à la numérisation

Sous sa silhouette virile, la Mustang abrite un cockpit plutôt high-tech. L’interface numérique se compose de l’écran d’instrumentation 12,4 pouces, doublé d’un écran d’infodivertissement (13,2 pouces) avantageusement orienté vers le conducteur. Entre les sièges, la nouvelle console flottante abrite un petit espace dédié au chargement de smartphone par induction

Entièrement personnalisable, le traitement intérieur est mis en valeur par des teintes cuivrées et sombres. Idem pour l’éclairage d’ambiance configurable selon le goût du conducteur. Par ailleurs, le confort à bord est en net progrès avec des sièges enveloppants habillés de cuir perforé avec surpiqures sur les versions haut de gamme.

Et puis, les mélomanes en auront pour leur argent en découvrant le système audio B&O qui distille des harmoniques raffinées, à la faveur des 12 haut-parleurs combinés à un caisson de basses qui intègre l’amplification de la sonorité moteur. En fonction des modes de conduite, celle-ci est constamment optimisée par l’échappement à clapet actif.

On reprend les mêmes

Sous le capot, les évolutions ne sont pas légion. On retrouve ainsi les deux moteurs de la sixième génération : le 4-cylindres 2,3 litres Ecoboost et le V8 atmosphérique de 5 litres. Ce dernier a fait l’objet d’une mise à jour revigorante qui l’autorise à revendiquer la cavalerie de 500 chevaux. 

La gestion de cette débauche de puissance peut être effectuée, au choix, à partir de la boîte automatique à 10 rapports ou la transmission manuelle à 6 vitesses. Pour booster les performances, la Mustang GT, septième du genre, reçoit un système à double prise d’admission d’air, qui permet de mieux ressourcer le colosse de 5 litres.

Six modes de conduite interactifs et personnalisables (Normal, Sport, Glissant, Dragster, Track2 et un réglage personnalisable) optimisent à merveille les performances en fonction du tracé et des reliefs de la route. Ajoutez à cela une direction plus directe et un meilleur ressenti des liaisons au sol et vous obtenez un pur-sang agile et débordant de vivacité.

Les pilotes du dimanche apprécieront la fonction «talon/pointe automatique» qui, disponible de série sur la version GT, permet de maintenir le régime moteur élevé lors des changements de vitesse manuellement.

Du reste, la suspension active MagneRide, disponible en option, surveille les conditions de roulage mille fois par seconde pour offrir le meilleur compromis entre confort et sportivité.

Produite au Michigan, les tarifs de la nouvelle Ford Mustang, dont la commercialisation interviendra en 2023, n’ont pas encore été dévoilés.