Ford Fiesta et EcoSport :%% Une paire gagnante

0
182

C’est le début de la période estivale, le moment idéal pour faire la fête ! Ça tombe bien, car la Fiesta, best-seller «en exercice» de Ford, revient avec une liste d’arguments – mécaniques, technologiques, mais aussi immatériels – longue comme un été sans réjouissances. Nous l’avons essayée, dans le cadre d’un aller-retour express Casa-Oualidia, concomitamment à l’autre nouveauté Ford du moment, l’EcoSport, très correctement armé pour en découdre avec ses rivaux lui aussi.   

Ford Fiesta : Nouveau règne

Les voitures ayant rencontré un succès commercial aussi grand que celui de la Fiesta se comptent sur les doigts des deux mains – la citadine de Ford est neuvième du Top 10, que ferme la Ford T et dans lequel l’Escort occupe le sixième rang. Auréolée d’une notoriété en béton, la Fiesta a été produite à plus de 18 millions d’unités depuis son lancement en 1976.

Plus séduisante, plus connectée, plus performante et écologiquement responsable, des citadines hatchback, toutes marques confondues, elle a suffisamment d’atouts en main pour être au diapason de ses devancières, commercialement parlant. La marque à l’ovale bleu a doté la 7ème génération de sa citadine fétiche d’un arsenal technologique aussi innovant que futé afin qu’elle puisse donner du fil à retordre, sur notre marché, entre autres, à ses éternelles rivales françaises, les Renault Clio, Peugeot 208 et Citroën C3.

L’espace intérieur est bien aménagé profitant aux passagers.

Il est encore tôt pour parler d’une réussite commerciale, la Fiesta n’ayant été introduite chez nous qu’à l’occasion de l’édition 2018 d’Auto Expo, qui s’est tenue en avril dernier. Rendez-vous après une année pleine de commercialisation (au minimum) pour dresser un premier bilan. Une chose est sûre, en revanche : l’essayer, c’est l’adopter !

Notre voiture d’essai, une Fiesta Diesel Trend + (finition intermédiaire), nous a fait forte impression. Le design extérieur de cette nouvelle génération reconduit les principaux attributs stylistiques du modèle sortant, tout en y intégrant certaines touches d’élégance et de modernité. Du coup, le design torturé du capot et de la grille de calandre laisse place à des lignes et des volumes plus épurés, tandis que les optiques avant adressent un regard conquérant et que les feux arrière gagnent en discrétion, bénéficient d’un coup de crayon autrement moins tarabiscoté, moins surchargé qu’avant.

Même son de cloche au niveau de la planche de bord et de la console centrale. Particulièrement centré sur l’utilisateur, l’intérieur s’inspire de l’univers des smartphones et des tablettes. En d’autres termes, l’ensemble a été désencombré. Ford a fait la guerre aux boutons et cela profite à l’ergonomie.

Les matériaux souples au toucher envahissent la partie supérieure de la planche et la qualité de fabrication fait partie des grosses satisfactions, à l’instar de l’écran central tactile de 6,5 pouces qui surplombe la console, interface du très intéressant système multimédia connecté Sync3. Facile à utiliser, disposant des fonctionnalités Apple CarPlay et Android Auto, d’une commande vocale évoluée, ce système d’infotainment fait la course en tête au niveau du segment des citadines.

La terreur de l’Ouest

S’il est un autre domaine dans lequel la citadine américaine fait figure de terreur, c’est celui du comportement routier. La position de conduite ? Aux petits oignons ! La direction ? Directe, précise, elle est légère en ville pour faciliter les manœuvres à basse vitesse, mais gagne en consistance à mesure que le rythme s’élève. La suspension ? Un modèle du genre. Elle assure un niveau de confort très élevé tout en limitant autant que faire se peut les mouvements de caisse et la prise de roulis.

Pour sa part, le 1.5 TDCi de notre voiture d’essai, qui peut compter sur une puissance de 85 ch, un couple de 215 Nm et une boîte de vitesses mécanique à six rapports à l’étagement idéal, assure des reprises honorables tout en faisant preuve d’une belle sobriété en matière de consommation (3,5 l/100 km en moyenne).

Commercialisée à 195 000 DH, la Fiesta 1.5 TDCi Trend+ coûte 15 000 DH de plus que la Trend et 20 000 DH de moins que la Titanium. Elle devrait logiquement dominer le mix des ventes. Les tarifs peuvent sembler corsés, mais il serait plus judicieux de donner sa chance à cette citadine riche en caractère avant de la juger. Vous ne verrez probablement plus les choses sous le même angle après.

Ford EcoSport : Frère d’armes !

Devant une frangine aussi talentueuse que la Fiesta, il n’est pas aisé d’exister. L’EcoSport y parvient-il ?

A première vue, la réponse à la question ci-dessus est négative. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer l’espace que nous avons alloué à chacun des deux modèles – plus ou moins proportionnel à l’effet qu’il nous a fait. S’ils partagent la même plateforme, s’ils repartent dos à dos en ce qui concerne la connectivité, vu qu’ils disposent scrupuleusement du même système d’infodivertissement (Sync 3), la citadine surpasse le crossover urbain dans quasiment tous les autres domaines.

Plus puissant que celui de la Fiesta (100 ch, soit 15 canassons de plus), le 1.5 TDCi de l’EcoSport signe néanmoins des performances (légèrement) inférieures (170 km/h en pointe, ce qui représente un déficit de 5 km/h par rapport à la citadine) et fait preuve d’un plus grand appétit (4,1 l/100 km). En cause : une surcharge pondérale considérable (au moins 150 kg de différence) et un coefficient aérodynamique défavorable.

Cela dit, l’EcoSport n’a pas pour vocation de chasser sur les terres de la Fiesta. Ses cibles sont les Renault Captur, Peugeot 2008, Nissan Juke… Et force est de constater qu’il est parfaitement calibré pour leur tenir tête. Son look de baby Kuga (calandre et feux, avant comme arrière, très proches), plus viril que celui des concurrentes, ou son intérieur à la dotation technologique généreuse dès la finition de base et babylonienne sur la finition haute Titanium Plus, sont des arguments massues. L’agrément de conduite à son volant l’est aussi, qui se révèle être plus ou moins comparable à celui de la Fiesta, à ceci près que l’EcoSport est davantage sujet au roulis du fait de sa garde au sol surélevée (19 cm).

L’EcoSport s’affiche à partir de 210 000 DH et culmine à 255 000 DH, quand notre modèle d’essai, doté de la finition Titanium, réclame 235 000 DH. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here