Ford Ecosport 1,5 TDCi 100 ch : Ambitions affichées

0
1092

Vous êtes à la recherche d’un SUV urbain au look fringant, doté d’un physique bien sapé, de prestations à gogo et d’une polyvalence à toute épreuve, le Ford Ecosport est fait pour vous. Récit d’un essai détaillé.

Depuis son lancement au Maroc, en 2018, le Ford Ecosport a soufflé un air de fraîcheur au sein du contingent des SUV urbains. Tout semble indiquer que ce début de carrière encourageant présage d’un futur succès commercial. Il faut avouer qu’avec un look élégant et un physique svelte, combinés à des qualités dynamiques sans reproche et un habitacle généreux malgré la compacité du gabarit, l’Ecosport cultive l’art et la manière de la polyvalence. Outre l’utilisation quotidienne, le SUV ricain se veut fort pratique pour les voyages à long cours. Mission à laquelle nous l’avons confronté au cours d’un test-drive plutôt éprouvant sur les routes nationales. Mais avant de vous livrer le verdict, faisons tout d’abord le tour du propriétaire.

Dans l’air du temps

Pour faire face à des têtes d’affiche comme le Renault Captur et Peugeot 2008, l’Ecosport a fourbi ses armes en adoptant une allure nouvelle, d’autant plus séduisante qu’elle relègue celle de son prédécesseur au rang des oubliettes. De prime abord, les changements sont perceptibles tout autant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Faisant l’impasse sur l’ancienne double grille chromée, l’Ecosport porte la nouvelle calandre hexagonale qui, en plus de son élégant aspect, l’apparente aux autres modèles de la marque Ford, le Kuga en tête. Dans ce même esprit de renouvellement, les phares et les boucliers ont été redessinés. Tout comme les bas de caisse couleur carrosserie qui s’assortissent de belles jantes 16 pouces et d’une garde au sol de 19 cm, ce qui renforce son tempérament de gentil baroudeur urbain.

Totalement métamorphosée, la partie arrière se déleste de la roue de secours genre sac-à-dos et accueille de nouvelles optiques, mais préserve le hayon à porte battante. La large ouverture de cette dernière, bien qu’elle soit encombrante et peu pratique, dégage suffisamment d’espace pour charger des objets volumineux. Mais qu’en est-il de l’intérieur ?

Le poste de conduite, de son côté, a fait l’objet d’une modernisation profonde en adoptant des équipements dans l’air du temps.

Gabarit de poche

Du point de vue mensurations, le nouveau venu de la marque à l’ovale bleue se considère comme le plus compact de son segment avec une longueur de 4,10 m, supérieure de 8 mm à celle de l’ancien modèle. Malgré son gabarit de poche, il offre suffisamment d’espace pour embarquer trois passagers sur la banquette arrière dans un confort appréciable. Ce modèle, en tant que stricte traction avant (2×4), est dépourvu de la transmission intégrale et de son encombrant tunnel de transmission, ce qui procure à l’occupant de l’assise centrale plus d’aisance pour caser ses jambes. Autre avantage, le dossier fractionnable (1/3 – 2/3) se rabat en un tournemain, dégageant ainsi un plancher parfaitement plat.

Prestations à gogo

Le poste de conduite, de son côté, a fait l’objet d’une modernisation profonde en adoptant des équipements dans l’air du temps. Dès la finition d’entrée de gamme Trend, le propriétaire bénéficie d’un lot respectable : climatisation, sièges avant réglables, système SYNC 2 avec commande vocale téléphone, musique et lecture et envoi de SMS, sans compter les systèmes de sécurité comme USB, ABS, et les aides à la conduite : ESP, HLA et le système de protection intelligent. La finition Titanium en rajoute le régulateur et limiteur de vitesse, rétroviseurs réglables électriquement et chauffants, allumage automatique des feux, essuie-glaces automatiques et l’appréciable interface SYNC 3. Vous en voulez encore ? La finition 1,5 TDCI Titanium Plus (255 000 DH) complète la donne avec le système d’accès sans clé (keyless), la caméra de recul et la navigation GPS.

Malgré son gabarit de poche, il offre suffisamment d’espace pour embarquer trois passagers sur la banquette arrière

Volontaire à tous les étages

Au rayon mécanique, l’Ecosport donne le choix entre deux blocs. L’excellent 3-cylindres essence 1.0 l EcoBoost, consacré en 2017, pour la sixième année consécutive, Moteur international de l’année dans la catégorie «Meilleur moteur de moins d’un litre». L’heureux élu a le privilège de s’associer exclusivement à la boîte automatique à 6 rapports.

Qu’à cela ne tienne, nous avons jeté notre dévolu sur le diesel 1.5 TDCi, très apprécié par les acheteurs marocains. Ce n’est pas un foudre de guerre, certes, mais il développe la quantité appropriée de puissance (100 ch) pour déplacer sans encombre les 1 280 kg de l’engin. Ajoutez à ce potentiel un couple de 215 Nm et vous obtenez un gentil petit SUV très volontaire à toutes les plages du régime moteur.

Agréable à conduire, il prend du peps dès que l’on appuie sur le champignon. Sur les routes escarpées, il parvient à maintenir le bon équilibre, en faisant preuve d’une stabilité imperturbable et d’une bonne vivacité. Ce 4-cylindres s’accompagne uniquement de la boîte manuelle à six rapports, aussi précise que bien étagée. Pour ce qui est des performances, la vitesse maximale pointe à 170 km/h, tandis que la consommation n’excède pas les 4,1 l/100 km en cycle mixte. Pas mal pour un SUV haut sur pattes.

Pour partir au volant de la version d’entrée de gamme du Ford Ecosport 1,5 TDCi Trend, il faut normalement préparer une enveloppe de 210 000 DH, mais vous pouvez bénéficier de l’alléchante promotion en cours : 187 000 DH. En revanche, si vous n’avez pas de problème de budget, optez pour la version haut de gamme 1.5 TDCi Titanium Plus, qui réclame 255 000 DH. C’est 10 000 DH de plus que le tarif auquel s’affiche la version essence dotée de la même finition. Amateurs et passionnés de baroudeurs urbains, vous êtes avisés.

Le dossier fractionnable (1/3 – 2/3) se rabat en un tournemain, dégageant ainsi un plancher parfaitement plat.

Les concurrents potentiels

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here