Ferrari SP51 : Caprice de nabab

0
251

Prenez une Ferrari 812 GTS, ajoutez-y une petite dose de fantaisie sortie tout droit de l’imagination d’un client taïwanais, et vous obtenez la Ferrari SP-51.

On le savait déjà, la lubie des clients Ferrari n’a pas de limite. Rien d’étonnant donc si un client taïwanais réclame une Ferrari unique sortie tout droit de ses rêves. Et voilà que la vénérable maison de Maranello qui se plie de bonne grâce pour assouvir ses caprices.

Digne héritière

Racée, puissante, féline, sensuelle…, les superlatifs ne manquent pas pour décrire cette SP51 qui intimide d’emblée par sa ligne à couper le souffle. Conçue et réalisée dans les ateliers du style Ferrari, dirigés par Flavio Manzoni, cette «découvrable» est dérivée de la Ferrari 812 GTS. Comme il fallait s’y attendre, elle lui en reprend la même architecture mécanique, en particulier le majestueux V12 placé à l’avant et l’excellente plateforme réputée pour sa rigidité torsionnelle. Doté d’une conception originale, ce roadster (Spider, pour les intimes de Ferrari) fait l’impasse sur le couvre-chef pour offrir une expérience de conduite plutôt aérienne.

A cet égard, son aérodynamisme a fait l’objet de plusieurs perfectionnements, au point de réclamer un excellent confort acoustique à bord, meilleur même que celui de la 812 GTS.

Ligne suggestive

Que dire du look de cette séduisante découvrable, tout en elle évoque la puissance et la sportivité, depuis la calandre béante dominant toute la partie avant, jusqu’à la quadruple sortie d’échappement encadrant le diffuseur arrière, en passant par le capot moteur fuselé comme un cigare. Impossible de ne pas tomber sous son charme !

Le design des ailes toutes en rondeur et des hanches musclées, met en évidence la puissance de sa silhouette. Il convient de préciser que la sensualité de ses courbes, elle la doit à l’utilisation intensive de fibres de carbone, une matière extrêmement maniable capable d’épouser les formes les plus délicates. D’autant plus que la livrée rouge rutilant (Rosso Passionale), soulignée de traits bleu et blanc, donne un réel coup de fouet à la carrosserie.

Ce nouveau roadster se distingue également par ses phares qui ressemblent à ceux de l’élégant coupé-cabriolet Ferrari Portofino. Mais aussi par des jantes spécifiques, dont les branches sont mises en valeur par une applique en fibre de carbone.

L’arrière est du même acabit avec sa forme cintrée et ses feux greffés directement dans le spoiler. Deux arcs-boutants commencent immédiatement là où l’habitacle se termine, adoucis toutefois par deux crêtes en fibre de carbone. Résultat: un effet visuel qui fait écho aux versions Targa d’antan, et les prototypes sportifs développés par Ferrari au début des années 1960.

Ambiance feutrée

Outre le design extérieur, l’habitacle de la SP51 recèle de nombreuses sophistications numériques, conjuguées à une ambiance feutrée. Pour assouvir les désirs du client taïwanais, les designers Ferrari ont fait preuve de créativité en matière de personnalisation. Celle-ci s’articule autour de deux thèmes. D’une part, les designers ont opté pour la teinte, Rosso Passionale, créée sur-mesure pour l’occasion, en tant que couleur dominante pour les habillages intérieurs, en particulier la sellerie Alcantara. De l’autre, celle-ci se voit rehaussée par les couleurs bleue et blanche, que l’on retrouve également sur du tunnel central et le bandeau qui sépare les deux sièges au niveau du tablier. Le volant, lui aussi, n’échappe pas à la modification en adoptant des surpiqures de des mêmes couleurs, créant ainsi une sublimissime harmonie entre l’extérieur et l’intérieur.

Le souci du détail

Composée d’un insert Kvadrat bleu avec surpiqures blanches, la finition spécifique des panneaux de porte, du tableau de bord et des parties latérales des sièges ajoute une bonne dose d’élégance à cette ambiance. Sans oublier les éléments brodés de fil blanc, notamment le logo au cheval cabré qui figure sur les appuis-tête.

Question performances, aucun chiffre n’a été proposé, et Ferrari n’a fait aucune mention de modifications mécaniques de la voiture. Pour vous donner un ordre de grandeur, la 812 Superfast équipée du même V12 développant 800 ch abat le 0 à 100 km/h en à peine 2,9 secondes.

Tout compte fait, la SP51, en tant que modèle unique conçu à la demande d’un fidèle client et collectionneur des bolides Ferrari, est la première version roadster aboutie de la Spider avec un V12 à l’avant, créée par Ferrari depuis cinquante ans. Si son style audacieux interpelle au premier coup d’œil, elle conserve néanmoins l’élégance et la puissance de la 812 GTS, dont elle s’inspire. Comme la vente de ce bijou constitue un deal privé, réalisé loin des regards indiscrets, aucun chiffre n’a filtré sur le montant payé par l’heureux Taïwanais. Une bagatelle, bien sûr !