Cupra Tavascan : L’électron libre

0
532

Premier SUV-Coupé électrique de la jeune marque Cupra, le Tavascan est la déclinaison directe du concept-car dévoilé au Salon de Francfort, en 2019. Ce modèle est intéressant à plus d’un titre, puisqu’il préfigure le langage stylistique appelé à se décliner sur les futurs modèles de la marque espagnole.

Avec sa silhouette originale et sa propulsion électrique, le Cupra Tavascan est un vecteur de développement doublement important pour l’avenir de la marque. C’est un formidable challenge ! Puisqu’il lui incombe, d’une part, la mission de renforcer la gamme électrique, jusqu’à présent assurée par la seule Cupra Born 100% électrique. De l’autre, son style très original est censé mettre en place les nouveaux gènes de l’ADN Cupra.

Deux niveaux de puissance

Basée sur la plateforme MEB du Groupe Volkswagen, le Cupra Tavascan se décline en deux niveaux de puissance. Équipée de deux moteurs électriques, répartis sur les essieux avant et arrière, la version VZ de 340 ch chapeaute la gamme. Celle-ci est secondée par la variante à propulsion arrière qui délivre 286 ch, grâce à un moteur électrique placé sur l’essieu arrière. Si l’on se fie aux données du constructeur ibérique, les deux versions sont alimentées par des batteries dont la capacité de charge serait suffisante pour assurer une autonomie d’environ 550 km, selon le cycle WLTP. Voilà donc un modèle qui a «des tripes», mais aussi «de la gueule».

Toutes griffes dehors

Long de 4,64 m et haut de 1,60 m, le Tavascan est dérivé du Volkswagen ID.5, avec lequel il partage tout, sauf le design. Et une chose est sûre, ce SUV-Coupé joue à fond la carte de l’agressivité avec son bouclier avant échancré, surmonté d’un capot très nervuré. C’est un style plutôt innovant et bien pensé pour améliorer les performances aérodynamiques.

Le Tavascan est immédiatement reconnaissable par son logo rétroéclairé et sa signature lumineuse formée de trois triangles. Il s’agit d’un éclairage, Matrix LED, évolué et entièrement automatique, qui évite d’éblouir les autres véhicules.

Sculptural, le profil est souligné par des bas de caisse élargis et des jantes spécifiques en alliage forgé, dont le diamètre se décline en 19, 20 ou 21 pouces.

Même constat à l’arrière, où le graphisme des feux et le rétroéclairage du logo, sont analogues à ceux de la partie avant. En revanche, la présence du diffuseur ajoute une note de sportivité à la poupe. Ce sentiment est d’autant plus renforcé avec une palette de coloris plutôt exotique : Bleu Tavascan, Argent Blanc, Gris Atacama, Gris Urano, Rouge Hypernova et Bronze Century Mat. Passons maintenant à l’intérieur où le décor est totalement raccord.

Ambiance techno

L’habitacle est mis en valeur par des gadgets high-tech, tels que la gigantesque dalle tactile de 15 pouces. Érigée au centre du tableau de bord, cette dernière compile l’ensemble des commandes du véhicule, ou presque. Tel un smartphone, son utilisation semble être facile et intuitive pour activer les fonctions d’infodivertissement ou de confort. Seul le bouton warning figure encore sur la console centrale, suffisament dégagée pour abriter un espace de rangement et des porte-gobelets. Idem pour le volant, dont les commandes sont tactiles.

Confort et dynamisme

Pour ce qui est de la qualité du mobilier et des assises, là encore, tout respire le dynamisme. Si les sièges avant baquets concilient confort et sportivité grâce à leurs contours enveloppants, la banquette arrière, elle, se veut spacieuse pour loger trois passagers dans de bonnes conditions. Cette qualité, elle la doit à l’absence du tunnel central qui permet d’obtenir un plancher parfaitement plat.

Et puis, pour y mettre une touche de festivité, l’éclairage d’ambiance spécifique souligne les éléments flottants de l’habitacle, tels que le tableau de bord et la console centrale.

Pouvant être activé d’un simple mouvement du pied sous le pare-chocs, le coffre, dont la capacité atteint 540 litres, dispose d’un double espace de rangement pour abriter les câbles de recharge.

550 km d’autonomie

Comme mentionné plus haut, l’autonomie s’élève à 550 km, grâce à une borne de recharge rapide de 135 kW. Dans ce cas, il sera possible de récupérer 100 km d’autonomie en seulement 7 min de charge, et 30 minutes suffisent pour passer de 10% à 80%. L’autre avantage et non des moindres, la batterie placée entre les essieux permet une répartition équilibrée des masses, et d’abaisser le centre de gravité, ce qui améliore l’agilité de l’engin. Enfin, contrairement au cousin germain, Volkswagen ID5, qui est fabriqué en Allemagne, le Cupra Tavascan, lui, sera produit en Chine. Sa commercialisation sera effective au début de l’année 2024.