BMW i5 eDrive40 et i5 M60 xDrive : Un doublé Premium League

0
736

Totalement inédite, la nouvelle BMW i5 est une grande routière 100% électrique, qui incarne à merveille le tour de force réalisé par le constructeur allemand en matière d’électrification. Nous l’avons essayée dans ses deux versions eDrive40 et M60 xDrive. Verdict.

Tout laisse à penser que l’automobile du 21ème siècle sera forcément électrique, domaine où le constructeur BMW a cumulé un bon savoir-faire. Cette épopée a commencé, en 2013, avec la petite BMW i3, premier véhicule électrique produit de série par BMW. Celle-ci a été suivie plus tard par d’autres modèles, à l’instar du coupé i4, du SUV iX, ou encore de la prestigieuse BMW i7 et sa déclinaison BMW i7 M70 xDrive. Et bien sûr, la marque bavaroise ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, et récidive aujourd’hui en commercialisant la i5, une déclinaison 100% électrique de la BMW Série 5.

Que les passionnés des motorisations thermiques se rassurent, une version Diesel 520d, doublée d’une version essence 520i et d’une version hybride rechargeable, figurent toujours au catalogue. Sauf que, la BMW i5 sera initialement disponible en modèle eDrive40 ou en M60 xDrive (page 28), tous deux alimentés par une batterie de 81,2 kWh, placée dans le soubassement du véhicule… Autant dire que le renouvellement de la routière allemande apporte son gros lot de changements techniques, pratiques et stylistiques.

Calandre éclairée

Racée, la face avant se caractérise par une interprétation moderne des doubles phares et de la calandre BMW. Des éléments LED disposés presque verticalement servent de clignotants et de feux de jour. Plus saillante vers l’avant, la calandre reçoit un large entourage, tout comme elle peut être mise en valeur par un éclairage de contour, disponible en option.

Plus athlétique, le profil se distingue par une ligne d’épaule haute, assortie de surfaces et de volumes épurés. Mais aussi par des bas de caisse foncés, surmontés des poignées de porte affleurantes. Le chiffre 5, greffé sur le montant C, est bien là pour marquer la rupture par rapport aux précédents modèles.

Idem pour les feux arrière divisés par une bande chromée qui interprètent de manière expressive la forme en L caractéristique de la marque.

Par ailleurs, le caractère dynamique de la nouvelle BMW Série 5 Berline peut être encore renforcé par la Finition M Sport ou le Pack M Sport Pro, tous deux disponibles en option.

Ambiance électrisante

Plus spacieux, l’habitacle de la i5 n’en demeure pas moins confortable avec des sièges enveloppants à l’avant et une large banquette à l’arrière. Entièrement tourné vers le conducteur, le tableau de bord comporte un nombre réduit de boutons et de commandes, grâce à une numérisation systématique de toutes les fonctions du véhicule. En particulier, l’interface numérique incurvée BMW Curved Display, dont l’affichage se compose d’un écran d’instrumentation de 12,3 pouces et d’un écran de contrôle de 14,9 pouces. Du coup, les jeux vidéo embarqués font leur apparition dans la nouvelle BMW i5. Le conducteur et les passagers peuvent occasionnellement jouer lorsque le véhicule est à l’arrêt, par exemple lors des temps d’attente pendant le chargement de la batterie.

Autre amélioration, le volant redessiné avec une partie inférieure aplatie est raccord avec la BMW Interaction Bar qui souligne la planche de bord de bout en bout. Il s’agit d’une unité rétroéclairée en structure cristalline qui comprend des commandes tactiles.

Changement de voie automatisé

Mais la palme de l’innovation revient au système Drive Assist Pro, qui comprend l’assistant actif de changement de voie avec activation des yeux. Lorsque le véhicule suggère un changement de voie, il suffit que le conducteur regarde dans le rétroviseur extérieur pour que le véhicule exécute la manœuvre. L’assistant de changement de voie actif prend automatiquement en charge les mouvements de direction, dès que la situation de la circulation le permet. C’est fantastique !

Cavalerie démesurée

Pour ce qui est de la motorisation, la BMW i5 eDrive40 est animée par un seul moteur électrique greffé sur l’essieu arrière, ce qui permet de générer la puissance maximale de 340 ch pour un couple de 430 Nm. C’est assez suffisant pour propulser l’engin de 0 à 100 km/h en 6,0 secondes et faire culminer sa vitesse maximale à 193 km/h.

En revanche, la M60 xDrive, en tant que première voiture électrique réalisée par la division Motorsport, affiche la cavalerie à 601 ch. Cette cavalerie époustouflante, elle la doit à ses deux moteurs électriques répartis sur les essieux avant arrière, qui constituent une transmission intégrale à 4 roues motrices. Le couple, pour sa part, peut atteindre 820 Nm lorsque la fonction M Sport Boost est activée. Les performances sont au rendez-vous avec un 0 à 100 km/h abattu en 3,8 secondes, et une vitesse maximale limitée électroniquement à 230 km/h. Faire d’une berline de 2,7 tonnes un engin capable de telles prouesses, ce n’est pas un sport d’amateurs. Et là, il faut reconnaître que les ingénieurs de chez Motorsport jouent dans la cour des grands.

Autonomie remarquable

Enfin, les deux versions sont alimentées par une batterie de 82 KWh, qui autorise une autonomie maximale de 516 km pour la M60 et 582 km pour la eDrive40, selon le cycle WLTP. De surcroît, la fonction Max Range leur permet d’augmenter l’autonomie jusqu’à 25%, à condition de rouler pépère. Autrement dit, éviter les accélérations intempestives et, surtout, désactiver la clim ou le chauffage.

En définitive, plus confortable, plus technologique et plus silencieuse, la toute nouvelle BMW i5 M60 xDrive marque une rupture par rapport à la belle époque des anciennes générations sportives à propulsion thermique, où le plaisir de conduire se mesurait à l’aune du vrombissement moteur et des accélérations assourdissantes.