Autonews 237 – Disponible pour téléchargement

0
716

D’aucuns ne s’attendaient à ce qu’une guerre succéderait à la pandémie Covid-19, et qui ferait exploser les prix du carburant à des proportions inadmissibles. Les signes avant-coureurs d’un baril à 300 dollars procurent déjà de la stupéfaction aux automobilistes marocains qui n’admettent pas d’être bientôt obligés d’immobiliser leur voiture. La guerre en Ukraine n’est qu’à ses débuts, et le fait que les belligérants ne manifestent aucun signe de retenue, présage d’une escalade dévastatrice pour toute l’économie mondiale, et peut-être pour l’existence même de l’humanité. On parle déjà d’un probable dérapage qui sous-entend la menace d’utilisation des armes nucléaires ou biologiques.

On n’en est pas encore là, mais de grands défis attendent le gouvernement marocain. A commencer par la révision de la Loi de Finances qui fut basée sur le prix du baril à 70 dollars, mais aussi assurer l’approvisionnement en pétrole et en gaz. La tâche est d’autant plus ardue, après la fermeture des vannes du gazoduc qui traverse le Maroc pour acheminer le gaz vers l’Europe par les schizophrènes qui sévissent en Algérie.

Confronté à ces problèmes, le gouvernement ne doit pas se contenter de trouver des solutions provisoires, mais aussi de prendre des dispositions stratégiques sur le plan énergétique. Diversifier les sources d’approvisionnement, et encourager l’investissement dans le domaine des énergies renouvelables, sont probablement les pistes les plus plausibles pour se prémunir contre ce type de crises. La mobilité verte est l’un des sujets les plus récurrents sur les pages d’Autonews, et nous avons insisté à maintes reprises sur la nécessité d’accorder des facilités pour l’acquisition des voitures électriques.

Outre les prix dissuasifs, les rares propriétaires de ce genre de véhicules sont confrontés à des problèmes multiples, en particulier l’absence des bornes de recharge. Rien ne justifie l’atermoiement d’un grand projet de mise en place d’un réseau conséquent qui couvre l’ensemble des autoroutes et routes nationales. Toutes les demandes manifestées par les utilisateurs de voitures électriques sont restées lettres mortes auprès des gouvernements, passés et actuel. Et il est peut-être grand temps de prendre les choses au sérieux et de mettre en œuvre un projet qui encourage la mobilité électrique. A bon entendeur.