Audi Q5 restylé : Opération rajeunissement

0
489

Design révisé, mode de propulsion amélioré et intérieur soigné, l’opération de remise en forme de l’Audi Q5 apporte son petit lot de changements plutôt corrects pour entamer une deuxième phase de vie.

A l’instar de ses concurrents premium, la marque Audi dispose d’une gamme SUV fort diversifiée et minutieusement hiérarchisée. Au sommet des anneaux olympiques, on trouve le tout nouveau Audi Q8, un baroudeur typé coupé, physiquement différencié du mastodonte Audi Q7.

Si les deux lutteurs allemands jouent dans la catégorie poids lourd, leur petit frère Audi Q5 (petit, façon de parler) rivalise dans la très disputée catégorie medium-size, où les BMW X3, Range Rover Evoque, Mercedes GLC se livrent des joutes impétueuses. Ce qui explique le restylage, voire parfois le renouvellement, d’une manière prématurée. C’est justement le cas de la seconde génération de l’Audi Q5 qui, après avoir soufflé ses trois bougies, passe aussitôt sur le billard pour se remettre en forme.

En tout cas, les propriétaires de l’actuel Q5 (phase 1, apparu en 2017), n’en seront pas dépaysés pour autant, car le nouveau venu revêt des modifications stylistiques et des améliorations techniques plutôt discrètes. Celles-ci se bornent à la généralisation de l’hybridation légère (Mild Hybrid) sur toute la gamme diesel, présageant d’une légère réduction de la consommation ainsi qu’une sophistication de la commande des systèmes d’infodivertissement par une nouvelle interface. Sans oublier, bien sûr, les incontournables coups de bistouri ici et là sur la carrosserie.

Identité plus marquée

Noter les changements entre le nouveau venu (Audi Q5 phase 2) et l’actuel modèle, relève du jeu des sept différences : La calandre octogonale Singleframe (moins haute et plus large qu’auparavant) a été modifiée, tout comme les boucliers avant qui semblent plus hauts et mieux structurés. La partie supérieure des feux à LED s’agrémente d’une nouvelle signature lumineuse pour les feux de jour.

Avec ses nouveaux passages de roues bien marqués, le profil semble plus athlétique, mais aussi plus dominant compte tenu de sa garde au sol plus élevée. Quant à la poupe, les changements sont encore plus notables avec l’apparition d’un nouveau diffuseur surmonté d’un aileron horizontal et d’un enjoliveur entre les blocs optiques arrière. La grande particularité de ces derniers, c’est qu’ils bénéficient de la technologie d’éclairage digital OLED donnant la possibilité de modifier le design de l’éclairage. Au moment de passer commande pour sa future Audi Q5, l’acheteur a le droit de choisir un design spécifique entre trois signatures lumineuses proposées…

Les clients en quête davantage d’exclusivité, Audi propose deux packs de carrosserie, à savoir l’«Advanced line» qui inclut des ailettes verticales au niveau de la calandre et des protections inférieures argentées au lieu de noires sous les pare-chocs. Ainsi que le très prisé pack «S line» comprenant une calandre Singleframe à grille alvéolée et une bande chromée autour du diffuseur arrière procurant un zest de sportivité à la caisse. Ça tombe bien, car en plus des douze teintes de la carrosserie, le constructeur d’Ingolstadt introduit deux nouveaux coloris plutôt chatoyants à l’instar du District Green (que vous voyez sur ces images) et l’Ultra Blue.

Ambiance sereine

Même son de cloche à l’intérieur où l’agencement millimétrique du mobilier et des composants du tableau de bord procure une sensation de sérénité, d’exubérance et de robustesse.

Les parties supérieures et inférieures de la planche de bord sont désormais séparées par une applique élégante et sculpturale, mettant plus en valeur le nouvel écran tactile MMI de 10 pouces, livré de série, pouvant être commandé vocalement. A cet égard, l’ancienne molette rotative disparait de la console, dégageant ainsi de l’espace pour un petit compartiment de rangement.

Les clients pourront également opter pour 3 ambiances intérieures selon la finition choisie : S Line sur la finition S Line, Standard ou Design Selection sur les finitions Design, Business Executive et Avus.

Hybridation légère

Sous son capot, le Q5 abrite le nouveau 2.0 Diesel «40 TDI» à hybridation légère 12V, développant la puissance de 204 chevaux pour un couple de 400 Nm. Ce 4-cylindres s’accouple allègrement avec la boîte S Tronic à 7 rapports, secondée par la transmission intégrale Quattro. Les performances ne sont pas en reste avec un 0 à 100 km/h abattu en 7,6 secondes et une vitesse de pointe qui flirte avec les 222 km/h. Respectueux de l’environnement avec des rejets de CO2 revus à la baisse, le Q5 40 TDI n’en demeure pas moins sobre à l’usage avec une consommation moyenne de 5,4 l/100 km, soit 1 litre de moins.

Le Q5 40 TDI sera bientôt rejoint par d’autres versions équipées du 2.0 TDI aussi sobres et efficaces, ainsi que par un 3.0 litres V6 TDI et des blocs essence TFSI.

Au final, il convient de dire que la cure de jouvence, bien qu’elle ne soit pas trop consistante, ne manquera pas de lui donner la possibilité de lutter à armes égales avec ses concurrents. Le début de sa commercialisation en Europe étant annoncé pour l’automne prochain, le tarif de la version de base subit néanmoins une légère inflation : 550 000 DH. Il en sera de même pour le marché national où l’Audi Q5 restylé rejoindra les autres membres du clan «Q», en début 2021, selon toute vraisemblance.

Galerie

previous arrow
next arrow
Slider

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here