Opel Crossland X : Blitzkrieg !

0
24

Le terme allemand Blitzkrieg signifie «guerre éclair» et désigne «une victoire décisive par l’engagement localisé (…) d’un puissant ensemble de forces mécanisées…» (Wikipedia). Avec son (big) bloc Diesel de 120 ch, le crossover de la marque au Blitz remporte la bataille de la puissance. Une bataille décisive ?

Ce crossover au Blitz est le cousin technique de l’une des valeurs sûres du segment qu’il explore, le Peugeot 2008, mais aussi celui d’un autre nouveau venu, le Citroën C3 Aircross. Il dispose des mêmes trains roulants que les deux «Frenchies», ce qui est fort appréciable, au demeurant, et d’une motorisation puisée elle aussi dans la banque d’organes de PSA et plus puissante que celles qui, sur notre marché, animent les cousins.

Distribué par un autre importateur que celui des cousines partageuses, ce va-t-en-guerre de Crossland X défouraille à tout-va sans se soucier des liens de parenté. Commercialisé à partir de 208 900 DH, il est à peine 12 000 DH plus onéreux que l’entrée de gamme Diesel du 2008, elle-même 2 000 DH plus chère que sa sœurette aux Chevrons. Un gap de 14 000 DH au maximum, donc, plus que justifié au regard du 1.6 CTDi Diesel de 120 ch de l’allemand. Ses cousins de l’autre côté de la ligne Maginot (à la guerre comme à la guerre) se contentent d’un bloc de même cylindrée qui plafonne à 92 ch. 

En fait, le Crossland X se montre impitoyable même à l’égard de son propre frère, le Mokka X, pas beaucoup mieux équipé, et encore moins plus grand (6 cm de différence), un peu plus puissant (son 1.6 CTDi développe 136 ch), mais beaucoup plus onéreux (56 100 DH de différence entre les deux entrées de gamme).

Esthétique léchée

Affichant une longueur de 4,21 m, supérieure à tous les rivaux qui arborent un autre blason, le Crossland X présente une habitabilité particulièrement généreuse, seuls une qualité de fabrication perfectible et un système d’infodivertissement d’origine PSA convaincant, sans plus, pourraient faire pencher la balance en faveur de certains concurrents.

Mais le Crossland dispose d’un autre atout dans sa manche, et non des moindres : son esthétique léchée, marquée notamment par un profil très ouvragé, qui se signale par une ceinture de caisse haute et par un pavillon façon Opel Adam, qui annexe la vitre de custode et qui accueille un jonc chromé en guise d’ourlet. L’affrontement face aux ténors du segment s’annonce épique !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here