Honda GoldWing : Techno parade

0
30

D’une génération à l’autre, la GoldWing, indémodable vaisseau amiral de la marque Honda, adopte des mises à jour d’ordres techniques et esthétiques… Histoire de préserver son statut de Touring le plus en vogue des motos haut de gamme.

Depuis son lancement en 1975, la Honda GoldWing connait l’une des plus belles histoires moto à la faveur d’un excellent 4-cylindres qui en fera même la réputation. Quelques années plus tard, elle étrenne le 6-cylindres de 1 500 cm3, avant de passer au 1 800 cm3, en 1987. Et bien sûr, l’adoption des nouvelles motorisations s’est souvent accompagnée de quelques discrets restylages ne dénaturant pas sa ligne initiale. Une chose est sûre, la GoldWing a réussi, au fil des générations, à conserver intact son capital sympathie.

Avec sa ligne profilée et ses deux valises, la GoldWing est une grande routière plutôt pratique et en même temps une belle moto de parade.

Le mélisme 2018 ne déroge pas à la règle, en adoptant de menus changements stylistiques. Avec des optiques à LED plus compacts, elle s’offre une face avant plus réduite, ce qui procure davantage de fluidité par rapport au précédent modèle. La GoldWing se paye même le luxe de proposer une bulle électrique réglable en hauteur et en éloignement. De même qu’un écran couleur TFT de 7 pouces, réglable via la commande centrale, fait son apparition sur le tableau de bord.

Les changements se poursuivent sur le registre technique avec l’adoption d’une nouvelle structure, plus légère. Au total, la bonne cure d’amaigrissement s’est soldée par la perte de 42 kilos sur la bascule. Côté moteur, le 6-cylindres à plat reste sur une architecture identique mais a été complètement repensé avec un nouvel alésage/course et dispose désormais de quatre soupapes par cylindre. Il s’agit d’une amélioration technique qui a recours à la commande des gaz électronique, une cartographie moteur spécifique, un système de contrôle de la traction, ainsi qu’une assistance au démarrage en côte, en plus de la marche arrière.

La partie cycle n’est pas en reste avec un cadre en aluminium, une suspension avant à double triangle, un bras oscillant arrière de type monobra Pro Arm ainsi qu’un amortisseur électrique censé limiter la plongée au cours du freinage.

Précurseur en matière de sécurité, la GoldWing standard, qui fut la première à proposer un airbag, en 2007, reçoit aujourd’hui la boîte à vitesses automatique à double embrayage DCT de 3ème génération. En revanche, la version Bagger ne disposera que de la transmission mécanique.

En définitive, la GoldWing, version 2018, bénéficie d’une nouvelle bagagerie offrant une capacité de 150 litres, d’un design plus raffiné, d’un tableau de bord dernier cri. Des arguments, somme toute, convaincants pour préserver son aura, mais aussi convertir davantage d’automobilistes à l’indicible sensation de liberté propre à l’univers GoldWing.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here