Toyota C-HR :
Du style et bien plus !

0
558

La nouveauté du moment chez Toyota du Maroc a pour nom C-HR. Un SUV compact qui mise autant sur son style percutant que sur sa technologie de pointe pour faire la différence dans son segment. Y parviendra-t-il ? Premiers éléments de réponse.

Coupé-High Rider», telle est la signification précise du sigle C-HR, un crossover compact à classer au rayon des véhicules propres chez Toyota. Ne cherchez pas de diesel sous son capot, cela n’existe pas ; le C-HR est motorisé, au choix, par le 1,2 litre turbo essence de 116 chevaux ou par le 1,8 litre hybride de 122 chevaux. Il faut dire que depuis l’affaire du «dieselgate», le mazout n’est plus vraiment en odeur de sainteté dans bien des marchés automobiles. Certains constructeurs, à commencer par le groupe Volkswagen (celui par qui le scandale a commencé), militent de plus en plus pour des véhicules propres. En la matière, Toyota fait office de pionnier, lui qui a capitalisé depuis vingt ans sur l’hybride. Rappelons que cette technologie s’articule autour d’un moteur thermique (essence), associé à un moteur électrique. Pas besoin de brancher ce dernier sur secteur, il se recharge tout seul en mouvement. Aussi, l’hybride induit plus d’économies avec des consommations et des coûts d’entretien réduits. C’est précisément ce message et cette sensibilisation que devra marteler auprès de la clientèle Toyota du Maroc (TDM). Faut-il souligner que les motorisations diesels de nos jours sont les plus plébiscites, une tendance qui ne devrait pas faiblir à plus ou moins long terme dans le Royaume.

Le style pour séduire

Dès lors, comment susciter l’intérêt ? Toyota a misé sur le style, un critère essentiel (au même titre que le prix) dans tout acte d’achat. Il faut dire que la silhouette du C-HR ne passe vraiment pas inaperçue, avec en prime, les poignées de portes arrière dissimulées dans le montant C qui amplifient son allure de coupé. «Avec le C-HR, nous nous adressons à un profil de client clairement distinct, aux motivations dictées surtout par des considérations émotionnelles et qui tient à se démarquer», s’est exprimé Adil Bennani, Directeur général de Toyota du Maroc, lors de la présentation du modèle à la presse nationale. Comme son design ne le suggère pas forcément, le C-HR accueille correctement ses passagers. Ses 4,36 m de long lui permettent de rester dans la bonne moyenne du segment comparé à ses concurrents. Les passagers disposent d’un espace correct aux jambes. En revanche, les deux vitres latérales arrière confèrent une impression de confinement. Avec ses 377 litres, le volume de chargement reste juste correct, comparé à ce que propose la concurrence. Quant à la planche de bord, elle est aussi originale que le style extérieur. De même que la présentation et la qualité d’assemblage des matériaux sont de bonne facture.

Son habitacle bien présenté et sa technologie embarquée comptent bien séduire la clientèle.
Son habitacle bien présenté et sa technologie embarquée comptent bien séduire la clientèle.

 

L’hybride surtout

Capitaliser davantage sur le 1,8 litre hybride que sur le 1,2 litre turbo essence, tel est le parti pris de TDM. Dans le détail, le C-HR reprend le groupe hybride de la Prius, sauf que ce dernier a été encore optimisé pour l’occasion. Il affiche des émissions de CO2 pouvant aller jusqu’à 86 g/km, un chiffre inégalé dans cette catégorie. Un bloc de 122 chevaux qui affiche en moyenne une consommation de carburant qui n’excède pas 3,9 l/100 km. Il est annoncé plus sobre et plus léger que le système hybride de la génération précédente, mais aussi plus nerveux. A moins d’opter pour le 1,2 litre turbo essence, un nouveau bloc qui adopte un système d’injection directe, un turbo à refroidissement liquide et un échangeur de chaleur. Il emmène le Toyota C-HR de 0 à 100 km/h en 10,9 secondes et lui autorise une vitesse de pointe de 190 km/h. Pour autant, la consommation se chiffre à 5,9 l/100 km en cycle mixe. Afin de promouvoir au mieux son nouveau modèle, TDM s’est penché sur la grille tarifaire, en proposant à sa clientèle des offres de lancement. Comptez 220 000 DH pour repartir au volant du C-HR essence d’entrée de gamme. Son homologue hybride, toujours en entrée de gamme, se négocie à 266 000 DH.