Salon de Tokyo 2017 – Nissan IMx :
L’auto 2.0 dévoilée

0
373

Salon de Tokyo

L’avenir de l’automobile s’annonce meilleur sous le signe de l’autonomie et de l’électrification, telle est la devise du constructeur Nissan. Considérée comme étant l’un des pionniers à initier des recherches dans le domaine de la voiture électrique, le constructeur nippon a aujourd’hui une bonne longueur d’avance sur ses concurrents. C’est ce que nous allons découvrir dans le reportage sur le Salon de Tokyo, et surtout, au volant de la nouvelle Leaf sur les routes de Yokohama.

Parmi les grands Salons automobile mondialement connus, le bien-nommé Tokyo Motor Show, tient une place à part, compte tenu de la spécificité des véhicules qui y sont dévoilés. Entre concept-cars avant-gardistes et prototypes iconoclastes, cette 45ème édition apporte son lot de curiosité et d’innovation. Nous sommes allés donc sur place pour vous rapporter les nouveautés du constructeur Nissan, qui a mis sous les feux de la rampe deux inédits concepts.

Reportage et essai vidéo

Il s’agit de la Nissan Leaf Nismo Concept, une évolution sportive du modèle éponyme. Mais la clé du spectacle réside de l’autre côté de la scène : le Nissan IMx, un grand SUV électrique et autonome, doté de deux moteurs promettant l’autonomie de 600 kilomètres. A cette occasion, le constructeur nippon a annoncé que «ce concept 100 % électrique et autonome incarne l’avenir de la vision Nissan Intelligent Mobility».

nissan IMx 5

L’IMx est basé sur la nouvelle plateforme de la marque destinée aux véhicules électriques, dont le plancher parfaitement plat abrite des batteries logées sous les passagers. Ce concept ultrafuturiste fait appel à deux moteurs électriques. Le premier est intégré à l’essieu avant, l’autre est destiné aux deux-roues arrière. Les deux développent une puissance cumulée de 320 kW et un couple maxi de 700 Nm. Autre prouesse est non des moindres sur le plan de l’autonomie de conduite, cette voiture s’annonce capable d’aller se garer toute seule à un point de recharge. Même son de cloche à l’intérieur, où l’ambiance star trek envahit les détails les plus ordinaires. Du volant qui se rétracte aux sièges qui s’inclinent, en passant par le panneau d’instrumentation panoramique avec écran translucide, qui se prolonge dans les portières avant. Tout évoque l’avenir de l’automobile dans une dimension parfois surréaliste, mais fort probable.

Essai : Nissan Leaf

L’autonomie décuplée

Sur le plan de l’autonomie, le constructeur Nissan tient une longueur d’avance par rapport à ses concurrents. Comme en témoigne la seconde génération de la Leaf, dont l’autonomie effective flirte avec 400 km. Il s’agit bien d’une performance réelle que nous avons vérifiée sur les routes et autoroutes de Yokohama, fief de la marque Nissan. Mais avant de prendre place à bord, faisons le tour de cette compacte à 5-portes.

nissan leaf 10

Style dynamique et technologie embarquée de pointe, la voiture électrique la plus vendue au monde, cumulant quelques 300 000 unités vendues depuis 2010, endosse une parure qui ne manque pas de charme. A l’inverse de la première génération au design plutôt atypique, la nouvelle venue se fond dans la gamme en reprenant quelques traits de filiation issus de ses aînés, notamment la nouvelle Micra. Pour autant, la Leaf s’en démarque par son aspect jovial, accentué par une custode laquée de noir qui procure un bel effet de pavillon flottant. Ajoutez à cela le reflet bleuté de la calandre pleine, les bas de caisse légèrement élargis et le béquet arrière proéminent, et l’on obtient une berline 5-portes qui ne manque pas de caractère.

Dès qu’on met le pied à bord, on se rend compte que l’on a affaire à une voiture compacte à vocation familiale, qui soigne autant le conducteur que ses passagers. Basée sur la même plateforme et le même empattement (2,70 m) que sa devancière, la Leaf propose des côtes d’habitabilité convenables pour 4 passagers. Les espaces de rangement ne sont pas en reste avec un volume de coffre, en progrès, passant de 370 l à 435 l.

nissan leaf 13

Côté agencement, l’ambiance ne manque pas de fantaisie avec un combiné d’instrumentation intégralement numérique, assorti d’un volant à méplat qui ajoute un zest de sportivité. On retrouve, certes, le même petit joystick en guise de commande de boîte de vitesses, mais à côté duquel un nouveau bouton, baptisé e-Pedal, fait son apparition. Inédit, ce dernier active un mode de conduite mettant en œuvre uniquement la pédale de l’accélérateur pour avancer, ralentir et même arrêter complètement le véhicule. Reléguant ainsi la pédale de frein aux oubliettes, sauf en cas d’arrêt d’urgence, bien sûr. Ceci dit, la palme de l’innovation revient à la conduite semi-autonome, ProPilot, incluant un mode embouteillage et une automatisation complète de la manœuvre de stationnement.

nissan leaf 11

Sans oublier l’évolution marquante de cette deuxième génération de la Leaf, qui réside au sein du module électrique, dont la puissance atteint désormais 150 ch pour un couple de 320 Nm au lieu de 109 ch et 254 Nm. La bonne nouvelle, c’est que le poids reste invariablement identique, soit 1 490 kg. Ce qui permet à la nouvelle batterie 40 kWh de revendiquer une autonomie théorique d’environ 400 km, soit un gain de 100 km par rapport à l’ancien modèle.

Tout cela est génial, rien à redire, mais, ce véhicule n’est malheureusement pas destiné pour le marché national, du moins pour le moment. Avant de rêver de la conduite écologiquement correcte, encore faut-il que l’on dispose d’infrastructures ad hoc en matière de bornes de chargement.