Nissan Intelligent Mobility :
L’électrification en marche

0
525

L’électrification et la conduite autonome sont désormais considérées comme étant les principaux critères du progrès de la voiture du 21ème siècle. Ces deux axes de développement orientent l’essentiel des efforts et des investissements concédés par les constructeurs automobiles, dont les bureaux d’études mettent en œuvre des solutions technologiques innovantes, faisant parfois appel à des start-up et autres producteurs de logiciels. Décodage d’une technologie ultra avant-gardiste.

Fort d’une expérience indéniable en véhicules électriques et en autonomie de conduite, Nissan se place à l’avant-garde des autres constructeurs automobiles. Comme en témoigne la Nissan Leaf, premier véhicule électrique badgé Nissan, ayant réalisé des faits d’armes mémorables, entre autres, décrocher le prix de Voiture de l’année en Europe, en 2011. Tel couronnement s’assortit d’un continuel record de ventes, avec en point d’orgue un cumul de 250 mille unités livrées depuis son lancement jusqu’à aujourd’hui. Ce résultat n’est pas le fruit du hasard, mais d’une stratégie méticuleusement établie autour de 3 vecteurs de développement, dont nous avons pris connaissance au Japon, précisément à Yokohama, fief du constructeur Nissan.

Le premier axe de développement, le Nissan Intelligent Driving, traduisez : mobilité intelligente, vise à procurer plus de sécurité et de confort, assortis d’un contrôle facile du véhicule. Dans la pratique, la mobilité intelligente de Nissan s’appuie sur le système ProPILOT qui équipe la Nissan Serena, véhicule que nous avons pu prendre en main sur un tronçon d’autoroute dans les environs de Yokohama. Franchement, nous avons souvent entendu parler de la convivialité de la conduite semi-autonome, mais il fallait l’essayer pour s’en convaincre.

Quoi de plus facile que d’activer un bouton situé sur le volant pour engager le système ProPILOT qui, dès lors, entre en jeu pour s’occuper de l’orientation de la direction, ainsi que de l’accélération et du freinage. Techniquement, toutes ces opérations sont mises en ordre par un super calculateur, chargé du traitement des informations issues d’une caméra capable de reconnaître les véhicules qui précèdent et le marquage des lignes sur la chaussée. Pour l’instant, ce monospace, vendu exclusivement au Japon, est capable de se maintenir dans sa file à une vitesse entre 30 et 100 km/h, y compris en virage, en attendant la sortie en 2018 de la version 2.0 du ProPILOT, une version «up to date» qui autorisera le changement de voie de circulation sans aucune intervention du conducteur. En attendant, Nissan a déjà étendu l’intégration du ProPILOT au Qashqai, qui vient d’être présenté au Salon de Genève, et bientôt commercialisé en Europe.

Nissan LEAF

Autant le dire clairement, la voiture totalement autonome n’est pas encore à l’ordre du jour, mais l’essentiel des technologies qui conduiront à sa réalisation sont d’ores et déjà mises en place.

Le deuxième volet de développement, baptisé Nissan Intelligent Power, vise l’amélioration de l’efficience énergétique sans pour autant faire l’impasse sur le plaisir de conduite. Dans cette perspective, Nissan tente d’atteindre le degré zéro émission à travers des moteurs à combustion interne plus efficaces que jamais, mais aussi en utilisant des technologies dernier cri au niveau de la gamme de véhicules électriques.

Au programme, en plus d’un véhicule 100% électrique, le constructeur nippon introduit la technologie e-POWER, une sorte d’alimentation hybride.

Nissan Intelligent 4Néanmoins, la palme de la sportivité revient au BladeGlider, qui combine un groupe motopropulseur électrique ultra-performant, un design étonnamment révolutionnaire et une agilité hors-normes. On apprécie mieux l’aisance et la puissance dont il fait preuve sur circuit. Autant dire que le BladeGlider est une démonstration frappante d’une sportivité électrisante, signée Nissan.

Enfin, le Nissan Intelligent Intégration casse les codes de la connectivité avec une approche totalement futuriste. Ce système permettra à terme de relier le véhicule à son environnement, créant ainsi une sorte d’écosystème dans lequel les voitures interagiront entre elles, avec les usagers de la route et même avec les infrastructures routières. Telles sont les grandes lignes de la mobilité, façon Nissan, qui se dessinent.

Nissan Intelligent2