New Stratos :
Le processus de réincarnation est lancé !

0
399

En 2010, une bande de passionnés avait essayé de faire renaître de ses cendres l’iconique Lancia Stratos HF. Mais la New Stratos était restée un vœu pieu. Aujourd’hui, le projet est relancé et la présentation de ce revival devrait avoir lieu début mars au salon de Genève, tandis que les premières livraisons interviendraient dans la foulée ! Zoom sur une «re-renaissance»…   

Début 2011, nous nous enflammions dans les colonnes d’Autonews devant l’initiative de Michael Stoschek de redonner vie à la Lancia Stratos HF. A l’époque, ce patron de l’équipementier allemand Brose (spécialisé dans le développement et de la production des composants mécatroniques et de moteurs électriques pour la carrosserie et l’habitacle des véhicules) voulait, pour son bon plaisir et celui de riches amateurs de voitures, produire un revival de la Lancia la plus légendaire, peut-être, la Stratos.

Cette bête de course qui embarquait un moteur de 2 418 cm3 développant 190 chevaux, tiré des Ferrari Dino V6 et placé en position centrale arrière, est un mythe. Un mythe qui tient à divers paramètres. La flèche turinoise a été la première voiture conçue spécifiquement pour le rallye. C’est pour cela qu’elle a dominé des pieds et des mains ses rivales de l’époque, qui étaient des modèles de grande série préparés pour prendre part à des courses automobiles.

stratos_2

En plus de ses trois titres consécutifs en championnat du monde de Rallyes, entre 1974 et 1976, ce bolide italien a aussi fait date parce qu’il était l’un des modèles les plus avant-gardistes de son temps au plan du style. Le coup de crayon de Bertone, furieusement original, a marqué l’histoire de l’automobile.

Par quatre fois maintenant, des passionnés ont essayé de faire revivre le mythe Stratos. Sa première réincarnation était une étude de Bertone présentée en 1978 et baptisée Sibilo. En 2005, la firme anglaise Fenomenon présentait au Salon de Genève une autre resucée, dessinée par Chris Hrabalek, qui n’est autre que le designer de la New Stratos. Enfin, après avoir tenté, en vain, de faire renaître de ses cendres l’ancienne gloire turinoise, après que son projet de production en petite série (25 exemplaires) a avorté en 2012, Stoschek revient aujourd’hui sur le devant de la scène avec un nouveau montage financier dans la besace.

Cette fois, il a l’intention de produire la version néo-rétro de la Stratos en collaboration avec la société MAT (Manifattura Automobili Torino). Fondée en 2014 par l’ancien directeur de projet de la New Stratos, Paolo Garella, cette firme s’est rapidement fait un nom en assemblant deux «fuoriclasse» ayant fait grand bruit ces derniers temps : il s’agit de l’hypercar américaine Scuderia Cameron Glickenhaus SCG 003, version civile d’un proto ayant pris part en 2016 aux 24 Heures du Nürburgring, mais aussi l’Apollo Intensa Emozione (Apollo IE), première hypercar produite par ApolloAutomobil Gmbh, ex-Gumpert – constructeur allemand créé en 2001 par l’ingénieur éponyme, ancien patron d’Audi Sport.

stratos_3

Comme en 2010, le projet consiste à produire la New Stratos à 25 exemplaires. En fait, peu de choses ont changé par rapport au projet initial, qui semblait rondement ficelé.

Mise au point durant près de deux ans chez Pininfarina, plus exactement dans le département véhicules spéciaux du génial carrossier italien, et bâtie sur une base roulante de Ferrari 430 Scuderia, la New Stratos originelle de Stoschek reprenait, en les modernisant, les lignes cunéiformes de la mythique berlinette, ses extrémités taillées à la serpe, son cockpit vitré imposant, ses passages de roues qui ne savent trop que choisir entre les ailes moto façon Caterham et le renflement habituel des modèles sportifs, ou encore son aileron arrière solidaire du capot moteur.

En revanche, elle faisait l’impasse sur les feux escamotables, dans le vent, jadis, remplacés par des blocs assez sobres et hérite, au niveau de l’habitacle, où le clin d’œil au passé est évident, de matériaux qui n’avaient pas cours à l’époque comme l’alcantara et le carbone. L’ensemble était convaincant.

Puissance stratos-phérique

Si le modèle qu’il veut désormais produire demeure fidèle en matière de style au modèle de 2010, il n’est pas dit que la 430 Scuderia soit encore prise pour base. MAT annonce que la structure utilisée est toujours celle d’une Ferrari, mais ne précise pas laquelle. Par contre, la puissance annoncée est supérieure à 550 ch.

Autre info qui devrait filer la banane : la carrosserie est en fibre de carbone, ce qui laisse présager un poids réduit. Pour rappel, la New Stratos de 2010 disposait d’une version plus musclée du V8 de la 430 Scuderia, développant 540 ch contre 510 ch sur la version pistarde de la berlinette au Cheval cabré. Du reste, grace au recours à maints matériaux composites, elle était plus légère que la Ferrari (- 80 kg).

stratos_4

MAT a aussi annoncé que trois versions de la New Stratos seront présentées au salon de Genève en mars prochain, à savoir une variante Safari et une mouture dédiée à la course, en plus de la version de base. Quant aux premières livraisons, elles seraient prévues pour le mois d’avril 2018. La résurrection semble être bel et bien en marche !

Enfin, concernant le prix, Stoschek avait annoncé à l’époque de la phase initiale du projet un prix de vente qui devait osciller entre 500 000 et 600 000 euros.