Maserati :
Feuille de route ambitieuse

0
224

Maserati vient de lever le voile sur son plan produit 2018-2022. Au programme, un raz-de-marée de nouveautés, parmi lesquelles un «baby» Levante et la GT Alfieri, ce serpent de mer, la prise de pouvoir de la fée électricité (au détriment du diesel), la consolidation du partenariat technique avec Ferrari et un objectif de ventes assez démentiel !

Timothy Kunishi, nouveau PDG de Maserati (et d’Alfa Romeo), a rendu public le 1er juin dernier la feuille de route de la marque au trident pour les quatre prochaines années. Et le moins que l’on puisse dire est que le futur de la firme modénaise s’annonce spectaculaire ! Peut-être même un peu trop puisqu’il est notamment prévu de doubler les chiffres de ventes réalisés en 2018 ! Maserati, qui a écoulé 51 500 unités en 2017, lorgne la barre des 100 000 exemplaires en 2022. Rien que ça !

maserati_A

L’objectif est ambitieux et pour l’atteindre, le constructeur a mis sur pied un plan produit qui ne l’est pas moins. La pierre angulaire de ce plan sera vraisemblablement le lancement d’un second SUV, qui s’attaquera au segment D (celui des Audi Q5, BMW X3 et autres Jaguar F-Pace). Abritant une motorisation hybride rechargeable, ce futur frérot du Levante devrait afficher le meilleur rapport poids/puissance de sa catégorie, de même qu’une répartition des mases idéale (50/50) entre les deux essieux. Enfin, une version Trofeo, qui devrait signer des performances de «fuoriclasse», chapeautera la gamme.

Maserati annonce par ailleurs que tous ses véhicules disposeront de variantes hybrides rechargeables et/ou électriques d’ici 2022. Ce sera le cas des suppléants de la Ghibli, de la Quattroporte et du Levante, qui feront appel à la nouvelle plateforme modulaire Giorgio. Ce sera aussi celui de l’Alfieri, modèle que préfigurait un concept-car éponyme, présenté au salon de Genève en 2014, et dont le lancement n’a eu de cesse d’être annoncé et reporté, depuis.

maserati_2022_B

L’Alfieri devrait remplacer et la GranTurismo et la GranCabrio et donnera ainsi le choix entre deux types de carrosserie, berlinette et cabriolet. Du reste, trois variantes mécaniques seront proposées : électrique, full hybrid et hybride rechargeable. La version «zéro émission» embarquera pas moins de trois moteurs électriques. Elle pourra également compter sur une transmission intégrale pour accélérer de 0 à 100 km/h en 2 secondes environ et pour dépasser la barre symbolique des 300 km/h.

Autre info, et pas des moindres : toutes les motorisations qui auront droit de cité sous le capot des futures Maserati, thermiques comme électriques, seront fournies par Ferrari. On peut y lire en filigrane la décision de Maserati de faire l’impasse, dans le futur, sur les motorisations diesel des Ghibli, Quattroporte et Levante, mais aussi l’avènement prochain d’une Ferrari «zéro émission».

maserati_2022_c

En tout cas, si le plan dévoilé par Maserati est respecté à la lettre et si les objectifs commerciaux sont atteints, des constructeurs comme Porsche ou Tesla ont du mouron à se faire !

maserati_2022_01