Indispensable :
«mise à jour»

0
446

En cette époque où les logiciels issus des TIC (technologies de l’information et de la communication) interviennent de bout en bout dans la gestion et le contrôle de l’automobile, comprendre un tant soit peu le fonctionnement de ces nouveaux outils serait fort bénéfique pour l’utilisateur. Nul ne peut ignorer l’importance des multiples fonctionnalités inhérentes aux voitures modernes, facilitant considérablement la mission du conducteur, et rendant plus agréable la vie à bord des passagers. L’électronique pullule partout, depuis la gestion du groupe motopropulseur jusqu’au contrôle des systèmes embarqués, en passant par l’activation des applications relatives à l’infotainment, rien n’échappe à la vague de numérisation.

Souvenez-vous, au début des années 90, les voitures disposant d’un petit arsenal électronique furent souvent boudées par les acheteurs, craignant les récurrents bugs subis à cette époque, particulièrement au niveau de la cartographie moteur. Mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, la digitalisation franchit un cap inédit en termes de sophistication, mettant au service de l’automobile des solutions redoutables de point de vue efficacité. Il s’agit d’une nouvelle génération de calculateurs ultrapuissants, dont le mode opérationnel applique l’instantanéité du traitement des données. Certes, le zéro erreur n’existe pas, mais il est très difficile de tromper de telles machines.

Néanmoins, faute de culture technologique «up to date», il n’est pas étonnant de voir encore des automobilistes disposant de voitures ultramodernes, mais incapables d’y effectuer le moindre réglage possible. Pour eux, réaliser la mise à jour de l’interface de commande, synchroniser le smartphone avec la commande vocale, tirer parti des innombrables possibilités offertes par la navigation GPS, sont des opérations trop compliquées qui nécessitent l’intervention d’une tierce personne. Cependant, il convient d’admettre que les composants automobiles se développent, et continueront à se développer, trop rapidement, obligeant continuellement l’utilisateur à se «mettre à jour», en se référant aux instructions fournies dans le catalogue du véhicule. Faute de quoi, on ne peut bénéficier des inestimables possibilités de confort à bord, de divertissement, de plaisir de conduite, généreusement fournies par les voitures du 3ème  millénaire.