Finance participative :
Sopriam et Bank Assafa pour une offre éthique

0
387

Le top management de Sopriam, détenteur des cartes Peugeot, Citroën et DS, et celui du spécialiste de la finance participative, Bank Assafa, ont procédé jeudi 19 avril 2018, sur le stand Peugeot au salon Auto Expo, à la signature d’une convention de partenariat visant à proposer une offre de financement innovante, éthique, «certifiée Halal».

Khalid Kabbaj est un homme pressé. Quelques jours à peine après avoir pris les manettes de Sopriam (en tant que DG), il est déjà au taquet, visiblement gonflé à bloc, motivé à l’idée de déployer le plan stratégique à l’horizon 2020 que son président, Tarafa Marouane, a dévoilé récemment. L’ancien boss de Wafa LLD a accueilli ce jeudi la presse spécialisée au sein du stand Peugeot dans le cadre de la signature d’une convention de partenariat entre la filiale automobile du groupe Al Mada (anciennement SNI) et Bank Assafa, filiale d’Attijariwafa bank, qui appartient à la même holding.

«Cette convention s’applique aux trois marques représentées par Sopriam, à savoir Peugeot, Citroën et DS», a indiqué Kabbaj, expliquant, du reste, que l’objectif principal de cette initiative est d’élargir l’offre à tout le monde, même à ceux qui ne souhaitent pas contracter un crédit traditionnel.

Même son de cloche pour Youssef Baghdadi, DG de Bank Assafa, établissement spécialisé dans la finance participative et qui commercialise un ensemble de produits bancaires dits éthiques : «La démocratisation de l’accès au financement est au centre de cette démarche. Au cours de cette édition d’Auto Expo, nous avons reçu, sur notre stand, un nombre significatif de demandes de clients n’ayant jamais pris de crédit classique», précise Baghdadi.

Concrètement, Sopriam va facturer Bank Assafa qui revendra le véhicule aux particuliers dans le cadre d’un contrat «Mourabaha», contrat de vente au prix de revient majoré d’une marge bénéficiaire connue et convenue au cours de la transaction. C’est «100% Chari’a compatible» et ça ne peut faire que du bien aux chiffres de ventes, chacun de nous connaissant vraisemblablement quelqu’un qui, pour une raison religieuse ou autre, tient en sainte horreur l’usure, même quand elle est déguisée.

Cela dit, la formule de financement dont accouchera ce partenariat entre Sopriam et Bank Assafa avancera, à en croire Baghdadi, d’autres arguments que sa conformité dogmatique : «Nous allons proposer une offre innovante. Nous avons déjà une ligne de produits disponibles, mais nous allons ajuster notre offre en collaboration avec Sopriam pour qu’elle soit aussi avantageuse que possible.»