Alpine A110 :
Passage de témoin réussi

0
175

Un an après la présentation du concept Vision, la livrée définitive de l’A110 a fait sensation sur le stand d’Alpine à Genève. Un coupé sportif qui capitalise intelligemment sur les valeurs qui ont contribué au succès de la marque, à savoir compacité, légèreté et agilité. Faut-il y ajouter un degré de sophistication technologique qui permet à cette A110 des temps modernes de décupler le plaisir de conduite à son volant. 

Rien ne sert de courir, il faut partir à point». Une citation qui reflète parfaitement le long cheminement qu’a effectué Alpine avant de dévoiler à Genève la version définitive de son nouveau coupé sportif. Pour mémoire, c’est en 2012 que les Groupes Renault et Caterham avaient signé un partenariat, consistant à développer une gamme de véhicules sportifs au sein d’une société commune. Un mariage qui a tourné court, Renault ayant racheté deux ans après la participation de son associé, et poursuivant seul l’aventure. Une redistribution des cartes qui a probablement impacté le plan de développement initial de la «berlinette» du 21ème siècle, sachant que son lancement commercial avait été programmé courant 2016.

Question d’image

Créée en 1955 par Jean Rédélé (voir Rétroviseur page 80), tombée dans l’escarcelle de Renault en 1973, puis mise en sommeil en 1995, Alpine s’est inscrite durablement dans les mémoires collectives comme étant une formidable aventure industrielle avec des modèles qui ont marqué les consciences. Mais c’est aussi un constructeur qui a brillé au plus haut niveau en sport automobile, Renault ne pouvant pas passer sous silence ce pan de l’histoire. Parallèlement à la renaissance de l’A110, Alpine a redécouvert l’univers de la compétition automobile de haut niveau, engagé depuis 2013, et avec succès, dans le très disputé «European Le Mans Series». Un travail complet de reconstruction d’image qui devrait permettre à Renault, via son blason Alpine, de réintégrer avec la manière le cercle très fermé des petits coupés sportifs biplace de caractère.

Alpine 2
L’ambiance à bord est évidemment sportive comme en attestent le volant sport, les sièges baquets en passant par les compteurs ronds numériques.

 

ADN compatible

Les designers d’Alpine sont parvenus à assurer cette continuité stylistique entre l’ancienne et la nouvelle A110. Cela se remarque notamment à l’avant avec ses quatre phares ronds, aujourd’hui remplacés par des optiques à LED et la nervure centrale du capot. Hormis la lunette arrière qui rappelle celle de ses aînées, le dessin de la poupe de la nouvelle A110 est bien différent de celui de son prédécesseur.

Pour ne pas faillir aux valeurs d’Alpine en matière de légèreté, la carrosserie et le soubassement font appel à l’aluminium. Ils sont par ailleurs rivetés, collés et soudés de manière à assurer une structure rigide et en principe légère. La nouvelle A110 affiche un poids à vide de 1 080 kg. A titre de comparaison, c’est un peu plus qu’une Alfa Romeo 4C, l’une de ses rivales, qui n’accuse, elle, sur la balance que 895 kg à vide. L’ambiance à bord est évidemment sportive comme en attestent le volant sport, les sièges baquets en passant par les compteurs ronds numériques. Le démarrage se fait par une simple pression du bouton placé sur la console centrale. Pas de levier de vitesses, la nouvelle A110 hérite d’une boîte robotisée à double embrayage et à sept rapports qui peut être commandée par des palettes au volant.

Sur la partie arrière, la lunette arrière enveloppante rappelle les premières Alpine.
Sur la partie arrière, la lunette arrière enveloppante rappelle les premières Alpine.

 

De l’essence et un turbo

Placé en position centrale arrière, cette «berlinette des temps modernes» fait appel à un quatre-cylindres
1,8 litre de 252 chevaux, confectionné par les ingénieurs d’Alpine et de Renault Sport et sur lequel un soin particulier a été porté au niveau de l’admission d’air, du turbo, de l’échappement et de la cartographie.

Un cocktail qui devrait permettre au conducteur d’atteindre sans difficultés les 250 km/h et d’exécuter le 0 à 100 km/h en 4,5 secondes et justement de rivaliser avec ses nouveaux camarades de jeu, l’Alfa Romeo 4C, bien entendu, mais aussi le Porsche 718 Cayman. La nouvelle A110 sera assemblée en France, dans le fief d’Alpine à Dieppe. Pour ceux qui auraient raté les premiers 1 955 exemplaires (une série limitée en référence à la date de la création de la marque), tous vendus et qui seront livrés à leurs heureux propriétaires dans les mois à venir, il faudra attendre 2018 pour repartir au volant de l’engin, dont la grille tarifaire est à un peu plus de 550 000 DH.